Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 6 Février 2003 à 00:00

Vivendi Universal doit faire face à l'inquiétude de ses salariés

Le groupe Vivendi Universal (VU), lancé dans un vaste plan de cessions et de restructuration depuis sa reprise en main par Jean-René Fourtou, doit faire face à l'inquiétude grandissante de ses salariés, notamment ceux du Groupe Canal+, menacés par un plan social de grande envergure.

Deux manifestations de personnels se sont ainsi tenues entre mercredi et jeudi devant le siège parisien de VU, tandis qu'au Groupe Canal+, alors même que le départ du pdg Xavier Couture n'était toujours pas officialisé, syndicats et direction ont jeté jeudi les bases du processus de réorganisation du groupe. Un conseil d'administration de Canal+ SA, la chaîne cryptée française, était également prévu en fin d'après-midi, avant un conseil de surveillance de l'ensemble du groupe, vendredi après-midi.

Jeudi, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté à l'appel de la fédération Communication et Culture de la CFDT, du syndicat radio télé CFDT et des sections CFDT de plusieurs filiales de VU pour "exiger que les salariés et leurs représentants soient informés autrement que par les médias sur la liquidation/démantèlement du groupe et de ses filiales" et "obtenir un traitement équitable des salariés face aux licenciements et aux cessions". Une délégation de manifestants, reçue par la direction, a obtenu l'assurance que les syndicats rencontreraient M. Fourtou "avant la fin du trimestre".

Mercredi, une première manifestation de salariés de VUNet s'était tenue devant le siège, à l'appel des syndicats CGT, FO, CFE-CGC, CFTC de VUNet. Si des salariés des filiales comme Cégétel, NC Numéricâble, VU Games, VU Music, VUNet, VU Networks ou Vivendi Télécom International (VTI) faisaient partie des manifestants, les regards se tournent surtout, depuis le début de la semaine, sur le Groupe Canal+, qui traverse à nouveau une zone de turbulences. Alors que les salariés attendent toujours l'officialisation du départ de M. Couture et son remplacement par Bertrand Meheut, actuel directeur général du Groupe Canal+, les syndicats "conscients des inquiétudes de chacun" ont envoyé mercredi soir au personnel un message commun pour souligner leur "vigilance" quant à "la défense des intérêts et des valeurs" du groupe.

Beaucoup redoutent en effet que l'arrivée à la présidence de Bertrand Meheut, un pur gestionnaire venu de l'agrochimique, n'ait d'autre objectif que le lancement d'un vaste plan social touchant plusieurs centaines de personnes. Jeudi, les syndicats et M. Meheut se sont rencontrés pour mettre sur pied un "accord de méthode", qui doit permettre "d'encadrer juridiquement le processus de réorganisation du groupe et ses conséquences sociales", même si les syndicats ne veulent pas entendre parler d'un plan social "tant qu'une stratégie de développement claire aura été présentée", a précisé Gérard Chollet, délégué CFDT du Groupe Canal+.

Le conseil d'administration de Canal+ SA, qui débutait jeudi à 17H00, devait donner l'occasion aux représentants du personnel de demander à Dominique Farrugia, pdg de la chaîne cryptée donné partant, s'il comptait quitter la chaîne. Le conseil de surveillance du groupe, vendredi, devrait quant à lui officialiser la promotion de M. Meheut et le départ de M. Couture, qui a négocié cette semaine ses indemnités de départ, ainsi que l'arrivée de Guillaume de Vergès, démissionnaire de la direction des programmes de TF1.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution