Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Vendredi 15 Septembre 2000 à 00:00

L'après Pivot: entre amertume et résignation

Le vide que laissera Bernard Pivot avec l'arrêt de son "Bouillon de Culture" en juin ravive les inquiétudes et l'amertume de ses émules, résignés à voir les émissions culturelles et littéraires reléguées au coeur de la nuit sur les chaînes généralistes.

Certes, France 2 a pris les devants, promettant de préparer avec l'aide de Bernard Pivot "une émission culturelle de haut niveau" pour succéder à son magazine culte. Mais l'inquiétude de la profession, échaudée par des programmations de plus en plus tardives, à gagné jusqu'à la ministre de la Culture et de la Communication. Catherine Tasca a signifié, par l'entremise de son cabinet, qu'elle souhaitait une émission culturelle "bien placée dans la grille" de France 2. Les professionnels redoutent qu'à terme, si la pression de l'audimat s'accroît encore sur les chaînes généralistes, la culture en général et les émissions "littéraires" en particulier, ne subsistent plus que sur leurs petites soeurs thématiques.

L'institution Bernard Pivot elle-même n'a pas échappé à la tendance générale. Autrefois rendez-vous rituel du vendredi à 21H30 sur la Deux, "Apostrophes" a cédé la place à "Bouillon de culture", diffusé à 22H45. Sur les grandes chaînes hertziennes, la culture est désormais affaire de noctambules comme en témoignent les titres même des émissions: feu "Le Cercle de minuit" de Laure Adler (France 2), "Vol de Nuit" de Patrick Poivre d'Arvor (TF1) ou "Des mots de minuit" de Philippe Lefait (France 2). "Il faut avoir la foi chevillée au corps", reconnaît "Poivre" qui n'est pas loin de se voir en alibi culturel de TF1. "C'est possible", concède-t-il, mais pour partager son amour des livres, PPDA estime que "la fin justifie les moyens". "Très franchement, si j'avais baissé les bras, il n'y aurait plus d'émission culturelle sur TF1", confie à l'AFP le présentateur du JT de 20H00.

Avec Philippe Lefait, le dépit se fait colère. "L'audimat est une gangrène", dénonce-t-il. Le journaliste redoute que la culture ne soit "satellisée" sur les chaînes thématiques. Une colère partagée par Laure Adler. Aujourd'hui directrice de France Culture, elle cultive la nostalgie de la télévision des pionniers, quand Pierre Desgraupes et Pierre Dumayet "envoûtaient les téléspectateurs" avec "Lecture pour tous", en "ces temps bénis où la télévision et la littérature faisaient bon ménage". Laure Adler enrage encore au souvenir de ses derniers "Cercles de minuit" qui commençaient entre 01H30 et 02H00 : "c'était une insulte pour tous les téléspectateurs, j'en étais réduite à mentir à mes invités, tellement j'avais honte de l'heure à laquelle ça passait". Le départ de Pivot, espère-t-elle, sera "un coup de sonnette" qui réveillera France 2 et les autres. Un voeu pieux sans doute, tant il paraît désormais évident aux directeurs des programmes des grandes chaînes que la culture est bannie du "prime-time". "Sur une chaîne généraliste qui s'adresse à tous les publics, un magazine littéraire n'a de place qu'en deuxième partie de soirée", assène celui de France 3, Bertrand Mosca.

Quant à Michel Polac, fustigeant "l'inculture profonde chez les gens de télévision", il en vient à souhaiter un "quota culturel" et "de nouvelles règles" du Conseil supérieur de l'audiovisuel.

En attendant, les rumeurs vont déjà bon train sur le successeur de Bernard Pivot. Thierry Ardisson, animateur-producteur à France 2 et Paris Première (câble et satellite), a indiqué lundi soir sur Europe 1 qu'il n'était pas partant après avoir affirmé le contraire le matin même dans les colonnes du Figaro. Restent, au chapitre des noms les plus souvent cités, Michel Field et Franz-Olivier Giesbert.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution