Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 25 Février 2003 à 00:00

Fin de la grève à France Info

La grève des 19 techniciens de France Info qui paralysait depuis huit jours cette antenne a pris fin lundi soir avec la signature d'un accord entre la direction de Radio France et la CFTC, seul syndicat engagé aux côtés des grévistes.

Les émissions de France Info, qui a ainsi vécu le premier conflit social autonome de son histoire, devaient reprendre leur cours normal mardi à 05H00. Depuis le 17 février OH00, la radio d'information continue ne diffusait plus qu'un programme musical entrecoupé de rares plages d'informations. Parvenu à l'AFP, le texte de l'accord ne fait état d'aucune augmentation immédiate des rémunérations. Mais il prévoit deux séries de dispositions qui doivent être appliquées dans un "délai très proche".

D'une part, des primes versées d'ici au 31 mars sur la base d'un bilan de la numérisation, qui a vu les bandes magnétiques disparaître définitivement au profit des ordinateurs en février 2000. De l'autre, avant le 31 mai, des revalorisations, salariales cette fois, en échange des gains de productivité qui pourront être atteints par la gestion des décrochages régionaux et l'automatisation des programmes de nuit. La direction de Radio France a déploré dans un communiqué "qu'il ait fallu attendre ce lundi soir pour obtenir la signature d'un texte présenté, dans sa version définitive, dès vendredi", dénonçant un "incompréhensible formalisme" de la CFTC.

L'accord conclu prévoit que ses propositions seront soumises à l'ensemble des organisations syndicales, précise-t-elle. Attachement à un statut unique. "C'est une victoire totale", a estimé pour sa part Josiane Gasc, secrétaire fédérale de l'USNA-CFTC (audiovisuel), estimant avoir "tout obtenu" y compris la reconnaissance de la "véritable spécificité" du travail des techniciens de France Info. Répliquant aux griefs de la direction, elle l'a accusée en substance d'avoir traîné les pieds pour reprendre les discussions.

Dans un communiqué distinct, les techniciens ont également salué "une grande victoire", assurant avoir été l'objet de "toutes les pressions possibles, des plus classiques aux plus mesquines". Tout au long du mouvement, la direction de Radio France a fait valoir son attachement à un statut unique des 520 techniciens du groupe radiophonique public. "Le jour où les gens seront traités et payés en fonction des indices d'audience et de la notoriété de la station où ils travaillent, il n'y aura plus de service public de la radio", a encore déclaré lundi soir à l'AFP Didier Tourancheau, directeur général adjoint chargé des ressources humaines à Radio France.

Les dispositions de l'accord seront ainsi étendues au fur et à mesure du passage au numérique des antennes de Radio France. Dimanche, la direction du groupe public avait de nouveau souligné que "le préjudice d'audience et d'image subi par l'antenne de France Info dans une période cruciale de l'actualité est d'ores et déjà considérable".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution