Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 27 Février 2003 à 00:00

Le mystère de Columbia toujours entier

Le mystère de la désintégration de la navette Columbia pendant son retour sur Terre demeure entier près d'un mois après la catastrophe qui a coûté la vie à son équipage de sept astronautes, malgré les gros moyens mis en oeuvre par la Nasa et une commission d'enquête indépendante pour trouver les causes de l'accident.

Plus de 8.000 morceaux de la navette ont désormais été collectés par les enquêteurs, "ce qui représente environ 10% du poids d'origine de la navette", a expliqué mardi l'amiral en retraite Harold Gehman, à la tête du Conseil d'enquête sur l'accident de Columbia (CAIB). Les débris continuent d'être collectés et "nous commençons à voir une tendance intéressante", a encore commenté M. Gehman, tout en convenant qu'aucune piste n'était pour l'instant privilégiée par la CAIB, occupée à réaliser un "arbre de défaillance", qui permettra peut-être aux enquêteurs de mettre le doigt sur la cause de la tragédie.

La Nasa a de son côté annoncé mercredi avoir retrouvé 13 minutes d'un enregistrement vidéo réalisé par l'équipage alors qu'il se préparait à rentrer sur Terre. L'enregistrement, partiellement endommagé, s'interrompt environ quatre minutes après le contact de la navette avec la très haute atmosphère, et ne montre aucune tension particulière des astronautes, selon l'agence spatiale américaine. Les enquêteurs, qui n'attendent pas de piste de cet enregistrement, tentent plutôt de faire parler les tuiles thermo-protectrices de la navette, dont certaines montrent des dommages sur le côté intérieur, qui aurait pu être causé par du plasma à très haute température ayant pénétré le bouclier de la navette durant sa rentrée, provoquant sa désintégration.

En rentrant dans l'atmosphère, la navette spatiale est entourée d'une boule de feu, le plasma constitué de gaz de l'air chauffés à très haute température (plus de 1.100 degrés). Elle n'est protégée que par les tuiles spéciales de son bouclier thermique. Une tuile, montrée mardi par les enquêteurs, "apparaît endommagée par les gaz chauds sur la partie intérieure, ce n'est pas typique d'une tuile protectrice, c'est très inhabituel", a expliqué le patron de la CAIB. Mais les membres du Conseil d'enquête n'ont aucune réponse sur la cause d'un dégât éventuel au bouclier de Columbia et ne retiennent pas pour l'instant la théorie d'un dommage causé aux tuiles de la navette durant son décollage, une hypothèse nourrie peu après l'accident par des images de la Nasa montrant des débris frappant le dessous de la navette au lancement.

Une tuile de Columbia, évoquée mardi par les enquêteurs, porte des marques orangées du côté extérieur, mais les membres du Conseil d'enquête ignorent encore si ces marques ont été causées quand la tuile était encore attachée à la navette, ou après sa désintégration. "Les traces oranges, je ne veux pas spéculer là-dessus, cela pourrait résulter de la chute (de la tuile) dans un champ quelque part", a résumé un membre de la CAIB, Scott Hubbard, directeur du centre de recherche Ames de la Nasa. La navette Columbia s'est désintégrée au-dessus du Texas le 1er février au matin, alors qu'elle rentrait dans l'atmosphère.

Selon la commission d'enquête, une brèche dans l'aile gauche à hauteur de la trappe du train d'atterrissage, d'origine toujours mystérieuse, pourrait avoir causé la destruction en vol de la navette. La CAIB poursuit de nombreuses pistes parmi lesquelles la défaillance du joint d'étanchéité de la trappe du train d'atterrissage, un impact avec une micro-météorite et toujours des dégâts consécutifs à la chute d'un morceau de mousse isolante au décollage pouvant endommager des tuiles.

Tous les vols de la flotte des trois navettes qui restent à la Nasa ont été suspendus dans l'attente d'une explication sur les causes de la catastrophe.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution