Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Jeudi 6 Mars 2003 à 00:00

Vivendi Universal bat le record de France des pertes

Vivendi Universal a annoncé une perte record de 23,3 milliards d'euros pour 2002, la plus lourde jamais enregistrée par une entreprise française, dépassant celle annoncée mercredi pour le même exercice par France Télécom à 20,7 mds EUR.

"Je ne me sens pas en compétition avec mon camarade Thierry Breton", a ironisé devant la presse le PDG de Vivendi, Jean-René Fourtou, à propos de son collègue de France Télécom, qui a tenu le record pendant environ 36 heures. Malgré cette perte colossale, M. Fourtou s'est voulu optimiste en annonçant, pour la première fois en trois ans, être en mesure de sortir du rouge en 2003, une fois déduits les éléments exceptionnels et les amortissements de survaleurs qui ont plombé le groupe ces dernières années.

La perte 2002 de Vivendi Universal est en hausse de 71% sur celle qu'il avait affichée en 2001 (13,6 mds EUR). Rapportée à chaque action, la perte atteint 21,43 EUR, contre 13,53 euros en 2001. Elle comporte des charges exceptionnelles et des amortissements de survaleurs, sans lesquelles la perte réelle aurait été de 514 M EUR seulement. Vivendi Universal, qui a réduit sa dette de 24,8 mds EUR à 12,3 mds EUR à la fin de l'exercice écoulé, prévoit de nouvelles cessions d'un montant de 7 mds EUR en 2003.

M. Fourtou a refusé de révéler les cessions envisagées. Le groupe a réalisé pour 8,2 mds EUR de cessions entre juillet et décembre 2002 et pour un montant de 700 M EUR depuis le début 2003, a-t-il rappelé. Le groupe "examine actuellement diverses possibilités d'allongement de la maturité de sa dette", a indiqué Vivendi Universal. Il a confirmé son objectif d'abaisser sa dette nette à moins de 11 mds EUR en 2003, après l'acquisition de 26% de participation dans sa filiale de téléphonie Cégétel pour 4 mds EUR en janvier 2003.

Mi-2002, Vivendi Universal a été confrontée à une grave crise de liquidité qui l'a conduit au seuil du dépôt de bilan, selon les successeurs de l'ancien Pdg, Jean-Marie Messier, exilé aujourd'hui aux Etats-Unis. Vivendi disposait de 4 mds EUR de trésorerie fin février, soit 2,3 mds EUR de liquidité en banque, 0,7 md EUR de lignes de crédits disponibles et 1 md EUR de ligne de crédit de sécurité, indique le groupe. "2002 a été une année extrêmement difficile. 2003 sera une année de transition et de progrès économique et financier.

En 2004, nous recueillerons les fruits des actions stratégiques que nous avons engagées", a déclaré M. Fourtou.

En 2002, le chiffre d'affaires de Vivendi Universal, après déconsolidation de la filiale de service Vivendi Environnement et des activités cédées de VU Publishing, a baissé de 4%, à 28,7 mds EUR et son résultat d'exploitation s'est établi en légère baisse, à 2 mds EUR.

Canal Plus a limité sa perte opérationnelle à 325 M EUR contre 374 M EUR en 2001, selon sa maison mère. Il prévoit un résultat d'exploitation positif et un chiffre d'affaires stable en 2003, selon VU. Canal+ a enregistré une augmentation de 6% de son chiffre d'affaires en 2002, à 4,8 milliards d'euros. Selon VU, la chaîne payante française a vu son taux de résiliation diminuer légèrement à 10,6% et terminé l'année 2002 avec 4,48 millions d'abonnements individuels, soit une diminution nette de 70.000 abonnés.

En revanche, CanalSatellite a terminé 2002 avec une augmentation nette de 220.000 abonnés individuels et le plus faible taux de désabonnement de tous les bouquets de télévision payante du monde (8,4%). M. Fourtou a indiqué que la réorganisation du groupe Canal+ "passera par une réduction d'effectifs" en 2003, sans plus de précision. Le groupe doit se réorganiser principalement autour de ses actifs français. Une de ses priorités pour 2003 sera aussi de "redynamiser le contenu éditorial de la chaîne Premium", selon VU.

Groupe Cegetel, la filiale de télécommunications de VU, qui regroupe les marques Cegetel (téléphonie fixe) et SFR (téléphonie mobile) a affiché une hausse de 56% de son bénéfice d'exploitation en 2002, à 1,4 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires en progression de 11% à 7,1 mds EUR. Le directeur général de VU Jean Bernard Levy a indiqué que le groupe recevra un dividende de 350 à 400 millions d'euros en avril, proportionnel à sa participation. Cegetel versera au total entre 800 et 900 millions d'euros à ses actionnaires, a-t-il ajouté.

Maroc Telecom versera aussi "un dividende très inférieur mais substantiel", a poursuivi M. Levy. Groupe Cegetel a confirmé compter sur une croissance "supérieure à 25%" de son résultat d'exploitation et une prévision de chiffre d'affaires en hausse "d'environ 7%" en 2003, sur une base comparable. Le cash flow opérationnel devrait rester stable, "reflétant une hausse des investissements industriels", a précisé VU.

Les Jeux vidéo, que VU veut vendre, ont enregistré en 2002 un chiffre d'affaires de 794 millions d'euros, en hausse de 21%, et un résultat d'exploitation de 63 M EUR, en augmentation de 45 M EUR par rapport à 2001.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution