Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 11 Mars 2003 à 00:00

Des prévisions moroses jettent une ombre sur le lancement du CeBIT

Le lancement du plus grand salon des industries high-tech au monde, le CeBIT de Hanovre (nord de l'Allemagne), a été assombri mardi par les pronostics plutôt moroses de plusieurs géants du secteur, à commencer par l'équipementier Nokia.

Le finlandais a ainsi prévenu qu'au premier trimestre 2003 son bénéfice par action ne dépasserait probablement pas 0,17 euro, contre une fourchette de 0,15 à 0,19 EUR prévue auparavant, et que la progression de ses ventes de téléphones portables serait "dans le bas de la fourchette" annoncée de 0 à +9%. La situation devrait en outre franchement se détériorer dans les réseaux, où l'équipementier attend des ventes en recul de 15 à 20% sur un an à cause de la baisse persistante des investissements des opérateurs dans plusieurs gros marchés.

Les nouvelles en provenance d'Helsinki ont jeté un froid sur tout le secteur, dont plusieurs représentants ont vu leurs titres boursiers plutôt chahutés. Mais l'humeur générale n'était déjà pas au fol enthousiasme chez les patrons de la branche réunis à la veille de l'ouverture au public du CeBIT. Les technologies d'information et de communication sont "une industrie qui arrive à maturité. La croissance et les marges baissent", a ainsi souligné le patron du fabricant allemand d'ordinateurs Fujitsu-Siemens, Adrian von Hammerstein, lors d'un forum en marge du salon.

"Avec des processeurs plus rapides et davantage de mémoire, le secteur des semi-conducteurs n'arrivera pas à atteindre de nouveau la croissance observée dans le passé", a jugé pour sa part le patron de l'allemand Infineon. La sortie de crise passe par une évolution, et notamment le développement de solutions plus complètes intégrant les logiciels, selon lui. Le bout du tunnel reste en tout cas bien difficile à discerner. "Je ne sais pas avec certitude où se situe" le creux de la vague, a commenté Patricia Russo, PDG de l'équipementier en télécoms américain Lucent, évoquant un "marché imprévisible", fortement dépendant des incertitudes liées à la situation géopolitique et économique mondiale.

"On évolue vers la stabilité, mais on ne voit pas encore de reprise" du marché des équipements de télécommunications, a-t-elle ajouté, jugeant que la baisse devrait se poursuivre en 2003, mais ralentir. Volker Jung, le président du BITKOM, la fédération de branche en Allemagne, attend également une stabilisation cette année du chiffre d'affaires de la haute technologie, avec une légère croissance de 0,5% "si la guerre en Irak n'arrive pas". Cela n'empêchera toutefois pas de nouvelles réductions d'effectifs: au moins 10.000 emplois des 780.000 que compte la branche devraient être supprimés, après déjà 35.000 l'an dernier, a-t-il indiqué.

Au niveau européen, les entreprises ne prévoient qu'une très faible progression de leur budget informatique cette année, selon un sondage de la société d'études Gartner auprès de 420 sociétés de sept pays. En revanche, entreprises et administrations publiques ne devraient plus pouvoir échapper en 2004 au renouvellement de leurs ordinateurs de bureaux. C'est également en 2004 que devraient seulement commencer à se faire sentir les effets de l'arrivée de la téléphonie mobile de troisième génération (UMTS), dont le secteur attend beaucoup, mais dont les hésitations jusqu'à présent ont surtout été sources de déception.

La filiale allemande de Vodafone D2 a ainsi confirmé mardi le report en Allemagne de l'arrivée de l'UMTS, qui sera disponible seulement au deuxième semestre. Mais la reprise pourrait également venir du symbole de l'effondrement des nouvelles technologies, l'internet, avec les solutions d'accès sans fil (WLAN ou Wi-Fi) ou encore le haut débit, dans lequel le PDG d' Alcatel, Serge Tchuruk, voit "une lueur d'espoir".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution