Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Samedi 15 Mars 2003 à 00:00

l'UMTS risque de devoir compter avec le Wi-Fi

Le développement du Wi-Fi, technique peu coûteuse et rapide de connexion sans fil à l'internet, risque de faire concurrence à la téléphonie du futur UMTS, même si les différents protagonistes affirment jouer la complémentarité.

La fédération allemande de l'économie internet (eco) dévoilait ainsi vendredi au CeBIT de Hanovre (nord) son projet "Greenspot", présenté comme "une alternative à l'UMTS", consistant à créer un réseau de "hot-spots", ces lieux équipés pour permettre l'accès sans fil à internet par le Wi-Fi (ou W-Lan). L'organisation table sur un démarrage public à l'automne sur des zones déterminées, puis une montée en puissance progressive.

Mais son chef Harald Summa pronostique déjà que "l'internet mobile dont l'industrie des téléphones portables fait la publicité depuis des années, ce n'est pas l'UMTS qui lui donnera vie, mais Greenspot", qui dès le départ doit permettre de surfer "140 fois plus vite et pour 80% moins cher que l'UMTS". Chez Wi-Fi alliance, lobby basé aux Etats-Unis réunissant des groupes informatiques et de télécommunications qui milite en faveur d'une certification du Wi-Fi, on est plus prudent: Andrea Vocali envisage ainsi une "coexistence" de technologies, évoquant un "haut degré de complémentarité".

Le Wi-Fi s'applique à une utilisation d'intérieur, du fait de la portée limitée des appareils-relais entre l'espace sans-fil et l'extérieur: "en moyenne, dans un espace ouvert, une cinquantaine de mètres", selon Tomer Horev de la société israélo-américaine Alvarion, qui fabrique notamment ces appareils. Ce qui n'empêche pas pour lui le Wi-Fi de présenter plusieurs avantages: "la vitesse, une meilleure résolution, ainsi qu'une plate-forme que tout le monde a déjà, comme un ordinateur portable".

Le Wi-Fi est "très rapide et pas très cher, mais pour couvrir une ville entière il en faudrait des milliers", rétorque Kirk Allchorne, manager produits chez Nokia Networks. "L'UMTS, c'est une meilleure mobilité, impossible à avoir avec le Wi-Fi, qui n'est pas très bon si on bouge beaucoup". L'utilisateur doit sauter de hot-spot en hot-spot de manière discontinue, sauf quand l'espace sans-fil est le véhicule dans lequel il se déplace, à l'image des tests effectués également par Lufthansa et Boeing sur un avion de la ligne Francfort-Washington.

Pour Yoshinori Nagao, responsable projets chez NTT DoCoMo, "le mérite des technologies de téléphonie mobile de troisième génération c'est qu'à la base on peut les utiliser partout". Surtout dans les zones à forte densité de population: "c'est sûr qu'en pleine campagne ou en haut d'une montagne ça ne marchera pas", reconnaît-il. Or les réseaux UMTS ne se mettent en place que progressivement, avec une couverture axée en priorité sur les zones les plus peuplées, les plus urbaines. Mais ce sont aussi celles où les hot-spots ont davantage tendance à se développer.

Et "si vous utilisez l'internet mobile seulement au café, alors le W-LAN, ça suffit", note Yoshinori Nagao. D'ailleurs, tout confiants qu'ils soient sur la complémentarité des deux techniques, beaucoup d'acteurs jouent sur les deux tableaux. Ainsi Vodafone a conclu un accord avec Lufthansa pour transformer certains de ses salons d'affaires dans les aéroports en hot-spot dont il assure "la totalité de l'équipement: accès, relais, systèmes de paiement, hotline, etc", explique Jens Hannemann, technicien chez l'opérateur.

Et des équipementiers cherchent actuellement à combiner les deux technologies, W-Lan et UMTS, sur les mêmes appareils, même si pour le moment ils rencontrent des problèmes techniques. "Le Wi-Fi demande beaucoup d'énergie et donc de très grosses batteries", souligne Kirk Allchorne, "la technologie a encore besoin d'être améliorée pour que ce soit possible."
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution