Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
Mardi 18 Mars 2003 à 00:00

Haim Saban, le roi Midas des médias

Surnommé le "roi Midas des médias", le milliardaire israélo-américain Haim Saban, qui a racheté lundi les actifs TV de KirchMedia, a fait sa fortune en vendant des musiques de séries télévisées et des droits de dessins animés en partant de rien.

A 58 ans, le producteur de Beverly Hills, volontiers hâbleur et provocateur, reste une énigme. C'est avec l'ultra-conservateur Rupert Murdoch qu'il fit affaire aux Etats-Unis en fondant en 1995 une société de programmes pour enfants, Fox Kids Worldwide, revendue en 2001 au géant Disney pour 5,2 milliards de dollars, à un moment où le secteur des médias était très généreusement valorisé. La transaction lui a rapporté 1,5 milliard de dollars et a fait sa fortune. Il disposerait aujourd'hui d'un trésor de guerre de 2,2 milliards de dollars.

Dans le même temps, Haim Saban a versé des millions de dollars de dons au parti démocrate américain et passe pour être un proche de Bill Clinton. Il multiplie aussi depuis deux ans les opérations philanthropiques, telle la création d'un centre de recherche pour la paix au Moyen-Orient. Saban est né dans une modeste famille juive en Egypte, d'un père commerçant et d'une mère couturière, avant d'émigrer pour Tel Aviv à l'âge de 12 ans. C'est en Israël que ce joueur de guitare basse entame très tôt sa carrière en organisant des concerts. Son filon: faire venir dans l'Etat hébreu des vedettes étrangères.

Haim Saban est toutefois rapidement coupé dans son élan. En 1973, en raison de la guerre du Kippour, il est obligé d'annuler une tournée de harpistes japonais recrutés à grand frais. Ruiné, il s'exile en France où il fonde une maison de disque à succès avant de se lancer à Paris en 1977 dans les médias en vendant des musiques de programmes télévisés. C'est ensuite le grand saut aux Etats-Unis, où il gagne progressivement le surnom de "Sphynx de Hollywood" en raison de ses origines égyptiennes.

Clairement, Haim Saban n'a jamais ambitionné de décrocher un Oscar pour la qualité de ses oeuvres: il produit la musique de "Goldorak" ou des feuilletons "Dallas" et "Starsky et Hutch", est l'un des premiers à flairer le succès des dessins animés ou séries japonaises réalisés à la chaîne. Il vend ainsi aux télévisions du monde entier les "Tortues Ninja" et autres "Power Rangers" pour ensuite décupler les bénéfices grâce à la vente de T-Shirts et autres objets de merchandising. Sur son bureau de Los Angeles, trône encore une statuette en or des Power Rangers.

Ce qui ne l'a pas empêché de proclamer sans sourciller dans une récente interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel: "Mon nom est synonyme de programmes pour enfants et familiaux de grande qualité". Sa force, il la tire de son carnet d'adresses à Hollywood, qui a manifestement impressionné les dirigeants de KirchMedia, et de son entregent. Depuis un an, il dirige une nouvelle société, Saban Capital Group, à la recherche d'investissements dans les médias.

"J'habite à Beverly Hills et connais donc les interlocuteurs nécessaires à Hollywood", trompettait-il dans le Spiegel, en ironisant sur l'éditeur de magazines allemands Bauer, une entreprise plutôt provinciale avec laquelle il fut jusqu'à la semaine dernière en concurrence pour KirchMedia: "Essayez d'imaginer une délégation de Bauer en train de négocier à Hollywood. Pas la peine!".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de délégation de service public
Hôpital d'Instruction des Armées Legouest : Avis de concession relatif à la gestion des services de téléphonie, de location de télévision et, en option, d'accès à internet.
» Consulter l'avis d'attribution