Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Mardi 1 Novembre 2005 à 00:00

Avec "Le camp des fortes têtes", M6 s'intéresse aux ados en détresse

Après "Super Nanny", "Le pensionnat de Chavagnes" et "Le pensionnat de Sarlat", M6 propose un nouvel avatar de la télé-réalité éducative avec "Le camp des fortes têtes" ou traitement de choc pour ados en détresse.

Ce document de 4x90 minutes sera diffusé à 20H50 au cours de quatre soirées au mois de novembre, indique la chaîne. Présenté à la presse comme "innovant" et "à part" dans les formats actuels par Thomas Valentin, vice-président du directoire de M6, "Le camp des fortes têtes" relate la "thérapie par la nature" de six adolescents en difficulté. L'émission est adaptée d'un programme anglais "Brad camp" et a été diffusée aux Etats-Unis cet été sur ABC. Confiés au CanAdventure Education Ltd, centre réputé en Colombie britannique (Canada) sur l'île de Vancouver, ces ados en crise, dépressifs, violents ou dépendants au cannabis se retrouvent sous la tente en pleine nature, loin de toute civilisation.

Greg Stevenson, co-fondateur du camp, dirige les trois éducateurs auxquels sont confiés ces jeunes. Ancien sportif de haut niveau en aviron, il accueille d'habitude des jeunes Canadiens et met un point d'honneur à "apprendre à dépasser ses limites". "Dans la nature, il n'y a pas de punitions, il n'y a que les conséquences de ses actes", explique-t-il. Les jeunes ont été sélectionnés après annonce sur la chaîne qui a reçu quelque 200 candidatures d'ados de 15 à 18 ans et de leurs familles, dépassées par les événements. Les délinquants et accros aux drogues dures ont été écartés, précise-t-on à M6.

Le réalisateur-producteur Thierry Guillaume précise que le premier défi pour les jeunes est de partir sans tout savoir des conditions de vie sur place. apprentissage de la vie en commun Pas de punitions physiques ni de violences verbales, mais des randonnées toujours plus éprouvantes, avec sac à dos de 18 kg, apprentissage de la vie en commun et de l'esprit d'équipe et conditions de vie rustique sous la tente, en pleine forêt. Comment transformer de sales gosses en ados responsables alors que les parents ne savent plus à quel saint se vouer face à leurs enfants rebelles et déscolarisés ? D'abord, leur interdire la cigarette, leur apprendre leurs droits et devoirs et parler de "respect" envers eux mêmes et autrui.

Ensuite, les éducateurs désamorcent les crises d'agressivité de Leslie, Kevin ou Jordan. Deux des six jeunes abandonnent dès la première semaine ce "recadrage" basé sur le principe du séjour en rupture. Cyril Malglaive, éducateur spécialisé depuis plus de 10 ans, qui a coordonné de nombreux programmes de protection de l'enfance et de prévention de la délinquance, souligne que le changement d'univers permet "un redémarrage, une renaissance". Outre-Atlantique, ces camps, qui existent depuis dix ans, annoncent un taux de réussite à 98%.

Les quatre ados français ayant tenu 35 jours et heureux de retrouver leurs parents semblent en avoir bénéficié: Leslie qui faisait tourner sa mère en bourrique a fait sa rentrée scolaire, de même qu'Elodie, "gothique" aux cheveux bleus, Kevin a trouvé un emploi et Jordan essaie de trouver une formation ... d'éducateur.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

LaCoPiReA | Jeudi 4 Février 2010 à 12:07
oUh a la poubelle le camp des fortes tetes