Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Jeudi 3 Novembre 2005 à 00:00

La Bourse salue les perspectives de croissance du téléphone mobile

Les boursiers plébiscitent les opérateurs de téléphone mobile, saluant l'arrivée progressive des technologies de troisième génération et les valorisations généreuses des récentes OPA dans le secteur.

"Les parcs d'abonnés continuent à s'aggrandir, les chiffres d'affaires croissent à un rythme très supérieur à celui de la plupart des secteurs industriels et l'accès à Internet à haut débit n'a encore fait que ses premiers pas", se réjouit un vendeur d'actions. SFR, filiale mobile du groupe Vivendi Universal (VU), a ainsi dégagé au troisième trimestre "une croissance de près de 7% à données comparable, grâce au succès de la téléphonie mobile de troisième génération (3G)", salue Pierre Bucaille, analyste de Fideuram Wargny. L'action VU gagnait jeudi 2,08% à 26,63 euros à la mi-séance à la Bourse de Paris.

SFR comptait 399.000 clients à la 3G fin septembre et "l'objectif de 500.000 clients 3G à fin 2005 semble donc à sa portée", pronostique l'analyste. Toujours chez SFR, le trafic de MMS (messages multimédias) a déjà presque triplé en un an, à 66 millions d'euros, contribuant à une hausse de 22% du chiffre d'affaires moyen pour les services à valeur ajoutée, à 58 euros par client. Le rival Orange (groupe France Télécom) a aussi pour objectif 500.000 clients à la 3G en France d'ici à la fin 2005.

Mais ses chiffres (424.000 clients à fin septembre) sont difficiles à analyser car ils incluent la technologie Edge, qui n'est pas considérée par les spécialistes comme de la 3G. "Orange France a fait état d'une solide croissance des revenus au troisième trimestre (+6,9% en glissement annuel contre 4,2% au deuxième trimestre)", souligne une note d'Exane BNP Paribas. Mais selon la banque, le numéro trois français Bouygues Telecom fera encore mieux: son chiffre d'affaires "devrait avoir progressé de 8,3% au troisième trimestre".

Bouygues Telecom a investi 322 millions d'euros au cours du premier semestre pour achever la mise en place de la couverture nationale de la technologie Edge. Les services haut débit seront proposés d'ici à la fin de l'année, avec le service i-mode, le point fort de Bouygues. Bouygues Telecom était déjà au premier semestre la filiale contribuant le plus au résultat net du groupe Bouygues, avec 182 millions d'euros, loin devant Bougyes Construction (96 millions d'euros) et TF1 (69 millions d'euros).

Cette montée en puissance est saluée en Bourse, où Bouygues affiche la plus forte hausse du CAC 40 sur l'année 2005, avec +45,02%, une performance qui contraste avec le recul paralèlle de TF1 (-10,6% depuis le 1er janvier). Selon les analystes d'Exane, le récent envol de l'action Bouygues (environ 8% depuis lundi) est dû aux spéculations qui ont suivi l'offre amicale de l'espagnol Telefonica sur le britannique O2, né en novembre 2001 de la scission de British Telecom.

A 26 milliards d'euros, l'offre représente une prime de 22% sur le cours de bourse d'O2, qui a quadruplé en trois ans, O2 ayant retrouvé la deuxième place sur le marché britannique. "Après l'offre de Telefonica sur O2 lundi, le marché continue d'être agité par les rumeurs de fusions, notamment dans les secteurs télécom et assurance", soulignent les analystes de SG Securities. Pourtant, selon Exane BNP Paribas, le marché boursier a tort de voir en Bouygues une cible potentielle pour une OPA, car le groupe est solidement contrôlé.

"Martin Bouygues et son frère contrôlent 25% des droits de vote, auxquels il faut ajouter 15%" détenus par les salariés", expliquent-ils.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›