Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Jeudi 10 Novembre 2005 à 00:00

La sonde Venus Express cingle vers l'étoile du Berger

La sonde européenne Venus Express a été lancée mercredi avec succès vers l'étoile du Berger à l'aide d'une fusée Soyouz-Frégate à partir du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, marquant ainsi le premier pas de l'Europe vers Vénus.

La fusée s'est élevée à 03H33 GMT et la sonde s'en est séparée environ une heure et demie après le lancement pour entamer un voyage de 163 jours, soit un peu plus de 5 mois, pour atteindre la planète. Baptisée par les Anciens "étoile du Berger", Vénus est l'astre le plus lumineux du ciel après le Soleil et la Lune. Elle est la première à apparaître le soir et la dernière à disparaître à l'aube. Jean-Yves le Gall président de Starsem, la société en charge du lancement, a salué une "mission parfaite". "Le bébé a crié, Venus Express va commencer sa mission opérationnelle", a déclaré pour sa part Jean-Pierre Cau, responsable du programme scientifique chez EADS Astrium, maître d'oeuvre pour la construction de la sonde, à la réception du premier signal de l'engin.

Le lancement de la sonde, qui devait avoir lieu le 26 octobre, avait été reporté en raison de la présence de poussières dans la coiffe du lanceur. Venus Express, qui restera sur orbite autour de la planète pendant 500 jours, a pour mission essentielle d'étudier l'atmosphère de Vénus - composition, températures - a précisé l'Agence spatiale européenne (Esa). Elle est "unique dans le système solaire et la comprendre est très important", a souligné un des scientifiques de la mission, Hakan Svedhem. Très dense et chaude, cette atmosphère est constituée à 96% de dioxyde de carbone ou gaz carbonique (CO2). On y trouve également de l'azote, du dioxyde de soufre (SO2) et de la vapeur d'eau. Par ailleurs, à une soixantaine de kilomètres d'altitude, les vents soufflent, pour une raison inconnue, à quelque 400 km/h.

La planète est couverte d'une épaisse couche de nuages dont les sept instruments à bord de la sonde tenteront de percer les secrets pour en tirer également des enseignements sur la géologie et une éventuelle activité volcanique. La sonde parcourra son orbite quasi polaire et très elliptique - 250 km de périgée et 66.000 km d'apogée - en 24 heures. Souvent considérée par les astronomes comme la soeur jumelle de la Terre, Vénus partage avec elle de nombreuses caractéristiques : les deux sont faites de roches, elles ont une taille et une masse comparables. Mais leur évolution a été très différente et la température au sol sur l'étoile du Berger atteint 460 degrés celsius.

La plus grande partie de Vénus est composée de plaines, avec seulement deux grands plateaux et quelque 800 cratères de volcans dont Venus Express dira peut-être si certains sont actifs. Parmi les autres questions auxquelles la sonde pourrait répondre est l'origine de la croûte vénusienne, relativement jeune (500 millions d'années environ) alors que la planète a été constituée il y a 4 milliards d'années. La sonde survolera une planète qui tourne extrêmement lentement sur elle-même : un jour vénusien correspond à la durée de 243 jours terrestres. Et elle fait le tour du Soleil en 225 jours terrestres (365 pour la Terre). Venus Express, construite sous la maîtrise d'oeuvre de la société EADS Astrium, est la première sonde européenne à être lancée vers Vénus.

Jusqu'à présent, seules des sondes américaines et soviétiques ont été envoyées vers cette planète depuis 1961, dont Mariner 2 (USA - 1962) qui a été la première à la survoler, ou Venera 7 (URSS - 1970) qui s'y est posée en douceur.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›