Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Vendredi 11 Novembre 2005 à 00:00

Fin 2005, boom sur les chaînes d'info internationales

Europe, Proche-Orient, Asie, Amérique du Sud : en cette fin 2005, de nouvelles chaînes d'information internationales s'annoncent dans le monde entier, dont certaines avec l'ambition avouée de concurrencer les médias anglo-saxons déjà présents dans ce secteur.

Les plus récents lancements ou projets ont été présentés jeudi et vendredi au congrès NewsXchange de l'information télévisée à Amsterdam. Des chaînes d'envergure mondiale, régionale ou nationale, mais en anglais pour un public "haut de gamme" ou étranger, les profils sont multiples et les ambitions contradictoires : extension de l'influence d'opérateurs anglo-saxons d'un côté (Time Warner/CNN, BBC, etc.), résistance à leur "domination" de l'autre.

Ces dernières semaines, pas moins de sept lancements ou projets sérieux ont été annoncés à travers le monde : BBC en arabe, Al Jazeera International en anglais, Telesur lancée depuis le Venezuela pour l'Amérique latine, Channel Europe en projet à Bruxelles sous l'égide de la Commission européenne, CNN/IBN (India Broadcast News), Russia Today en Russie - et en anglais. Sans compter la française CFII, dont le gouvernement français, après deux ans d'incertitude, a confirmé le 7 novembre le lancement via un partenariat 50/50 de TF1 (privée) et France Télévisions (publique). Elles s'ajouteront aux dizaines de chaînes "tout info" existant dans le mondes : au moins 75 recensées pour NewsXchange.

Dans un congrès largement dominé - et parrainé - par les médias anglo-saxons de diffusion mondiale, le thème central du débat aura été les ambitions politiques de certains "nouveaux entrants" et leur indépendance à l'égard des gouvernements locaux : Al Jazeera, Russia Today, Telesur. Tous ont rejeté ces interprétations, mais insisté sur la nécessité d'offrir "une autre perspective". "Il y a la place et le besoin pour une nouvelle chaîne" de ce type, a estimé Nigel Parsons, directeur général d'Al Jazeera International, en soulignant : "le plus grand nombre de visiteurs de notre site web vient des Etats-Unis.

Et ils ne sont pas tous du Pentagone..." "Nous voulons apporter une image plus objective de la Russie, pas forcément plus positive, mais différente. Les Occidentaux qui viennent en Russie pour la première fois sont toujours surpris de la différence entre ce qu'ils voient et ce qu'ils ont appris par les médias", a affirmé de son côté Margarita Simonyan, rédactrice en chef de Russia Today, en niant toute accusation de faire "TéléPoutine". "Anti-américain ? Non, mais un autre point de vue", a renchéri le président de Telesur Aram Ahronyan, rejetant lui l'appellation de "TéléChavez". "En Amérique Latine, on n'a souvent qu'une perspective, celle du Nord (ndlr : les Etats-Unis). Nous voulons créer une alternative, nous voir avec nos propres yeux, apporter notre point de vue sur notre réalité".

Faire connaître son point de vue, c'est aussi l'objectif de la Commission européenne avec le projet Channel Europe, censé combler un "manque de communication" sur l'Union européenne (UE). Ou celui de la française CFII, voulue par le président Jacques Chirac. L'un des responsables du projet à France Télévisions, Jean-Yves Dhermain, a confirmé la constitution de la société qui gérera la chaîne "avant le 31 décembre 2005" en vue d'un lancement "au second semestre 2006" avec des programmes en français, en anglais et en arabe.

En Afrique aussi, la question est posée. Un producteur de Nairobi, Salim Amin, cherche à monter une chaîne d'infos panafricaine (Africans Together Vision/ATV), "parce que personne ne couvre l'actualité en Afrique et qu'il faut donc qu'on le fasse nous-mêmes". Mais aucun financement n'a encore été réuni.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›