Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Samedi 19 Novembre 2005 à 00:00

La télé au berceau, à consommer avec grande modération

Faut-il mettre les bébés devant la télé ? Les promoteurs de programmes d'éveil conçus pour eux assurent que c'est bénéfique si c'est fait avec des précautions, mais les spécialistes de la petite enfance incitent à la plus grande modération.

En France, certaines chaînes proposent des plages de programmes destinés aux jeunes enfants : France 5 s'adresse aux benjamins de la famille avec "Les zouzous" tandis que trois chaînes thématiques visent les enfants en bas âge : Tiji pour les moins de sept ans, Playhouse Disney pour les deux-cinq ans, et Piwi pour les deux-six ans. Gulli, chaîne gratuite de la TNT lancée vendredi, s'adresse elle aux six-quinze ans.

La chaîne Baby TV, lancée en octobre sur TPS, a placé la barre de l'âge encore plus bas, avec la volonté de prendre les téléspectateurs au berceau, puisqu'elle cible les zéro-trois ans. Ses créateurs sont partis du principe que les tout-petits, cernés par les ordinateurs, jeux vidéos de la fratrie ou la télévision, se retrouvent de fait devant le poste, donc autant leur proposer des programmes confectionnés sur-mesure. Les initiateurs de cette chaîne sans publicité ont fait appel à une psychologue et psychanalyste pour délivrer à leurs côtés un "mode d'emploi".

"Il y a d'une part un usage auquel les parents sont invités et d'autre part des recommandations qui évidemment ne seront pas suivies", commente Serge Tisseron, psychanalyste spécialiste des questions de l'enfance et des images. Il est ainsi déconseillé de mettre bébé devant le poste la nuit, mais les programmes sont diffusés la nuit, observe-t-il. "Si je pensais qu'un enfant est un adulte en miniature, je trouverais ces chaînes très bien. Mais l'enfant n'est pas un adulte en miniature. Le tout petit a absolument besoin d'engager sa motricité dans toutes ses relations au monde, sinon il s'éteint", explique-t-il.

"Avant l'âge de trois ans, les enfants ont énormément besoin d'un environnement interactif", qui peut être "un environnement humain" ou "un environnement d'objets". "C'est interactif dans la mesure où l'enfant choisit à tout moment de faire une chose ou une autre", et où il "engage sa motricité". "A partir de trois ans, l'enfant peut profiter d'un programme télévisuel parce qu'il a la possibilité d'interagir à l'intérieur de lui-même, c'est-à-dire qu'il voit quelque chose, mais il en imagine une autre. Il en profite évidemment mieux s'il a un adulte avec lui". S'il n'en a pas, il peut en parler ensuite.

"Le grand risque de cette télévision pour les tout-petits, c'est de faire de nos prochains préados, ados et adultes des accros totaux aux écrans, prévoit-il. "On a déjà beaucoup de jeunes adultes qui ont besoin de la télé pour se sentir chez eux", indique-t-il, citant le cas d'Américains qui ont fait installer un dispositif pour que la télé s'allume automatiquement dès qu'ils rentrent à la maison. Monique Dagnaud, sociologue et directeur de recherches au CNRS, estime également que "c'est très discutable de mettre les enfants si tôt devant la télévision". "Quand ils sont tout-petits, ça ne peut être que des écoutes très fragmentées", souligne-t-elle.

La télévision "calme les enfants, elle permet de faire tomber les tensions, elle permet aux adultes de faire autre chose, elle remplit beaucoup de missions dans une famille", souligne-t-elle, conseillant aux parents d'accompagner l'écoute de la télé plutôt que d'abandonner les enfants devant le poste.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›