Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Dimanche 4 Décembre 2005 à 00:00

La CFII est lancée, mais le visage de la chaîne reste imprécis

Attendue depuis près de quatre ans, la chaîne française d'information internationale (CFII) a été lancée mercredi par le gouvernement, mais des incertitudes demeurent sur le visage de ce nouveau media.

Présentant la nouvelle société chargée de mettre sur pied la CFII, le ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres, a souligné que le Premier ministre Dominique de Villepin avait signé mardi soir une convention avec TF1 et France Télévision, permettant la création de la chaîne internationale. Concrétisation d'une idée lancée par le président Jacques Chirac en février 2002, la future chaîne devrait émettre, selon le ministre, "dans le courant du second semestre 2006".

La chaîne, à vocation mondiale, sera également diffusée en France, au moins sur le câble, le satellite et via internet. Outre le français, elle émettra prioritairement en anglais et en arabe. "L'enjeu, c'est de porter partout dans le monde les valeurs de la France et sa vision du monde. Pour cela, il faut être au premier rang de la bataille mondiale des images", a déclaré M. Chirac en Conseil des ministres. Selon M. Donnedieu de Vabres, qui s'adressait à la presse en l'absence des dirigeants du groupe privé TF1 et du groupe public France Télévisions, pourtant associés à part égale dans la nouvelle société, il appartiendra aux futurs dirigeants "de trouver les articulations adaptées à une organisation de leurs moyens respectifs et de trouver les meilleurs synergies professionnelles".

"La chaîne aura pour objectif d'offrir une information pluraliste sur l'actualité mondiale en portant une attention particulière à l'actualité européenne et multilatérale, en même temps qu'une ouverture sur la culture française et sur les débats de société", a déclaré le ministre. Le gouvernement ne cache pas son souci de contrer les images négatives de la France que présentent à l'étranger certains grands medias internationaux. Mais il souligne en même temps que la rédaction (130 journalistes) de la future chaîne, financée dans un premier temps par l'argent public, sera "autonome".

Le ministre de la Culture a précisé que la société commune, détenue à 50% par TF1 et 50% par France Télévisions, sera "régie par un pacte d'actionnaires et des statuts qui en garantissent le bon fonctionnement". Mais M. Donnedieu de Vabres s'est gardé de préciser qui des deux partenaires exercera la présidence, précisant simplement qu'une liste de cas était prévue dans lesquels le président ne peut exercer sa voix prépondérante, en particulier un changement de ligne éditoriale. Au nom de la Société des Journalistes de France 2, Bernard Lebrun, qui assistait à la présentation de la société, a exprimé la crainte "que l'association et la confusion des deux rédactions (France 2 et TF1) sur une seule et même chaîne provoque un trouble d'identité chez les télespectateurs".

L'Etat affecte 15 millions au lancement de la chaîne pour ce qui reste de l'année 2005 et une subvention de 65 millions d'euros pour 2006 inscrite dans le projet de budget. Des chiffres que le ministre juge "cohérents", mais largement inférieurs à ceux d'autres grandes chaînes internationales, comme la pionnière CNN (dépenses estimées en 2004: 550 millions de dollars). Les actionnaires devront désigner "avant Noël" le Conseil de surveillance qui procédera à la nomination du Directoire.

Le premier semestre 2006 sera consacré à la lourde tâche d'"élaborer une grille de programmes, constituer les équipes, créer l'habillage de la chaîne, négocier toutes les conventions de diffusion et contrats d'association avec l'ensemble des autre partenaires, et définir une stratégie de marketing et de distribution commerciale
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›