Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Dimanche 11 Décembre 2005 à 00:00

CFII: France Télévisions prend les commandes d'une chaîne à créer

Le groupe public France télévisions a pris officiellement vendredi les commandes de la société chargée de mettre en place la future chaîne d'information internationale (CFII), où l'équilibre des pouvoirs entre le public et le groupe privé TF1 est soigneusement respecté.

Comme il l'avait déjà annoncé, Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions, a été désigné président du conseil de surveillance, ce qui constituait à ses yeux la condition nécessaire pour que le service public pilote la future chaîne d'information continue, destinée d'abord aux pays étrangers. Il est flanqué d'un vice-président qui n'est autre qu'Etienne Mougeotte, vice-président de TF1. Fort de six membres, le conseil compte trois représentants de France Télévisions et trois de TF1.

Le président à voix prépondérante, mais il existe, selon la convention signée avec le gouvernement, des cas où cette voix prépondérante ne pourra s'exercer, notamment un éventuel changement de la ligne éditoriale. Nommé président du directoire qui exercera la direction opérationnelle de la future chaîne, Alain de Pouzilhac est présenté comme une personnalité indépendante. C'est un ancien collaborateur du député Bernard Brochand, auteur du projet de CFII retenu par le gouvernement, qui prônait un équilibre rigoureux entre France Télévisions et TF1.

Alain de Pouzilhac aura à ses côtés deux directeurs généraux, issus l'un - Ulysse Gosset - de France Télévisions pour l'information et les programmes, l'autre - Jean-Pierre Paoli - de TF1, pour la gestion, la technique et les contrats de distribution. Conformément au principe fixé par le rapport Brochand, la CFII s'appuiera "sur le professionnalisme et les talents des deux plus grands groupes audiovisuels français dans le cadre d'une société commune, détenue à 50% par chacun des deux opérateurs".

Selon Patrick de Carolis, le contrôle de toute société appartient à celui qui préside le conseil de surveillance. Il se déclare assuré que la présidence de la CFII revient de manière définitive à France Télévisions. France Télévisions et TF1 ont investi, chacun, 18.500 euros dans la nouvelle société, soit un capital de départ de 37.000 euros. Une subvention de 15 millions figure au budget de 2005 et une de 65 millions d'euros dans le projet de budget de 2006. La nouvelle société sera chargée de recruter une rédaction "autonome" de 130 journalistes.

La chaîne disposera d'"un réseau spécifique de correspondants à l'étranger, et s'appuiera sur les bureaux des chaînes mères, TF1, LCI (filiale de TF1), France 2 et France 3". De nombreuses voix se sont élevées au parlement et au sein des rédactions de France 2 et France 3 pour dénoncer ce dispositif. Selon le député UDF François Rochebloine, "faute d'une majorité publique au sein du capital de la future société, celle-ci ne peut être considérée comme une entreprise publique".

"En dépensant l'argent des contribuables, ses dirigeants risquent de se trouver dans une situation de gestion de fait", avertit le parlementaire.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›