Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Lundi 12 Décembre 2005 à 00:00

Un rapprochement avec TPS marquerait une nouvelle étape de la mue de VU

Un rapprochement de Vivendi Universal (VU) avec TPS dans la télévision payante marquerait une nouvelle étape de la mue du groupe français de médias et de télécoms, désormais piloté par Jean-Bernard Lévy.

D'un groupe tentaculaire comptant des centaines de filiales et misant sur une hypothétique rentabilisation des "contenus" (musique, films, journaux) par "les tuyaux" (téléphonie mobile, internet), VU s'est changé en trois ans en un groupe recentré sur ses deux piliers d'activité et assaini financièrement. Une transformation réalisée sous la houlette de Jean-René Fourtou, qui a quitté au printemps la direction opérationnelle de VU, qu'il a ramené aux bénéfices cette année, après trois exercices consécutifs de pertes abyssales.

En effet, la boulimie d'acquisitions de Jean-Marie Messier avait conduit le groupe au bord de la faillite avec un endettement supérieur à 30 milliards d'euros et des activités toutes susceptibles de faire l'objet d'une offre publique d'achat. Dès son arrivée à la tête du groupe, en juillet 2002, M. Fourtou avait alors entrepris un vaste nettoyage, avec de multiples cessions d'actifs, dont le portail Vizzavi vendu à Vodafone pour une bouchée de pain, le secteur édition VUP (Vivendi Universal Publishing) cédé en partie au groupe Hachette-Lagardère.

Dernière opération en date du groupe, réalisée cette fois sous la présidence de Jean-Bernard Lévy, le rapprochement de sa filiale Cegetel dont la santé financière était vacillante, avec Neuf Telecom en vue de concurrencer France Télécom sur le secteur internet. Résultat: Vivendi Universal compte afficher en 2005 un bénéfice net supérieur à 1,8 milliard d'euros. Le fruit de la bonne performance de la filiale SFR Cegetel et de sa pépite Maroc Telecom, du redressement des activités dans la télévision (Groupe Canal+), dans la musique (Universal Music Group) et dans les jeux vidéos (Vivendi Universal Games).

L'essentiel des bénéfices du groupe provient aujourd'hui de la téléphonie mobile, avec principalement SFR. Le dernier acte stratégique de M. Fourtou a d'ailleurs été l'acquisition de 35% du capital de Maroc Telecom, assurant à VU plus de 50% dans cette société extrêmement rentable. Son successeur Jean-Bernard Lévy a annoncé mi-septembre la candidature de Vivendi Universal au rachat d'une participation de 35% dans Tunisie Telecom, à laquelle serait associé Maroc Telecom. Dans les médias, le groupe a jusqu'alors échoué à mener à terme un projet de renforcement, avec éventuellement un rapprochement du groupe Lagardère.

Groupe Canal+ est détenu à 100% par Vivendi Universal, mais Lagardère possède une part de 34% dans la filiale CanalSat, qui exploite le bouquet de chaînes. TPS (Télévision par Satellite) appartient à TF1 pour 66% et à M6 pour 34%. Alors que les deux bouquets satellites s'étaient battus à couteaux tirés en décembre 2004 pour obtenir les droits de retransmission télévisés de la ligue 1 de football -finalement décrochés par le groupe Canal+ au prix fort de 600 millions d'euros entre 2005 et 2008-, l'heure du rapprochement semble venue. Concurrence oblige.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›