Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Lundi 12 Décembre 2005 à 00:00

La fusion TPS-CanalSat, face au succès de l'ADSL, fait flamber la Bourse

L'espoir d'une fusion des deux bouquets français de télévision satellitaire a dopé lundi les actions des groupes de médias, qui pourraient en profiter pour réduire le coût de l'achat des programmes et contre-attaquer face au succès de la télévision par ADSL.

L'action TF1 décrochait lundi matin la plus forte hausse du CAC 40 (+8,85%), avant de freiner quelque peu sa hausse à 6,55% à 23,59 euros vers 12H00. Vendredi, elle affichait encore un recul de 9% depuis le début de 2005, le deuxième plus fort recul du CAC 40 après France Télécom, effacé lundi en quelques minutes.

M6, actionnaire de TPS aux côtés de TF1, voyait son action prendre 6,82% lundi matin à 24,42 euros, avant d'afficher une hausse plus modérée à 4,20% (23,82 euros). Du côté des actionnaires de CanalSat, bouquet concurrent, Vivendi Universal gagnait 3,58% à 26,03 EUR lundi midi et Lagardère 2,60% à 65,20 EUR. "Lémergence de la télévision numérique terrestre et la montée en puissance de l'ADSL depuis le début de l'année ont accéléré une fusion qui paraissait inéluctable", souligne Stephane Lefevre-Sauli, analyste chez Global Equities.

Selon les analystes, la France comptera à la fin décembre 9 millions d'abonnés à Internet via l'ADSL, contre 1,7 million fin 2002. Une part croissante de ces nouveaux internautes s'abonne à un bouquet de chaînes de télévision acheminées via l'ADSL: on en compte déjà 350.000 chez les trois premiers fournisseurs d'accès à internet. L'émergence rapide de cette concurrence a poussé les actionnaires des deux bouquets de télévision satellite à annoncer dimanche un rapprochement, attendu depuis près de quatre ans par les analystes et salué lundi par la Bourse.

La fusion TPS-CanalSat "devrait permettre d'enrayer une croissance ralentie des recrutements de CanalSat et de trouver une solution au problème de dynamique de recrutements chez TPS", estiment Laetitia Vuitton et Laurent Marie, les analystes du courtier Oddo Securities. "La plate-forme unique sera beaucoup plus puissante" dans un environnement qui deviendra "moins favorable aux opérateurs télécoms", même si "le canal de l'ADSL reste complémentaire du satellite", soulignent les analystes d'Exane BNP Paribas.

L'action de l'opérateur télécom Iliad, jusqu'ici grand gagnant du succès de la télévision par ADSL, résistait cependant bien lundi, gagnant 1,22% à 49,88 euros, soit une progression de 79% depuis le début de l'année. La fusion était également bien accueillie chez les actionnaires de Publicis (+1,35%) et Havas (+1,72%), alors que la progression de la télévision par ADSL a généré, en particulier aux Etats-Unis, la crainte de voir arriver des moyens technologiques permettant de "zapper" les spots de publicité.

La fusion est aussi perçue par la plupart des analystes, comme un moyen de remuscler l'offre de télévision en abaissant ses coûts, pour augmenter ses marges bénéficiaires. "On attend une concurrence moins forte", mais aussi "moins coûteuse", du côté des achats de programme, "en particulier pour les droits du football", a commenté un vendeur d'actions d'une société de courtage française. "Le grand thème boursier sera celui de la réduction des coûts dans les droits du football", a résumé ce vendeur.

La fusion sera synonyme de "fin des surenchères sur les droits sportifs et cinématographiques", et d'un système de "mutualisation de la distribution et des commissions versées aux chaînes présentes sur le futur bouquet satellitaire unique", estiment aussi les analystes d'Oddo Securities.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›