Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Mardi 20 Décembre 2005 à 00:00

Algérie : La disparition des chaînes TPS redoutée

La fusion possible des bouquets satellites CanalSat et TPS s’annonce-t-elle comme une bonne ou une mauvaise nouvelle pour nous consommateurs algériens ?.

La hantise des téléspectateurs algériens est que l’on ne puisse plus pirater les programmes des bouquets français.

Ils gardent encore intact le souvenir du 16 novembre 2004 où le diffuseur français TPS a mis en marche un nouveau système de cryptage, développé par les ingénieurs de France Telecom, qui rend caduques toutes les cartes pirates montées sur des terminaux « libres ». Les pirates algériens ont réussi, en quelques jours, à déjouer le système de verrouillage. Les vendeurs de démodulateurs télé (démos) et les spécialistes du « flashage » redoutent aujourd’hui que cette fusion ne vienne rééditer l’épisode de la disparition sur les écrans algériens du bouquet Canal Satellite. Cela fait déjà deux ans que Canal + a, en sus du renouvellement de son matériel, changé de système de cryptage. Un système qu’aucun pirate n’a réussi à déverrouiller. Le rachat de TPS par Canal + vient ainsi accentuer les appréhensions. Des marchands d’électroménager estiment cependant qu’il est encore trop tôt pour songer à cela. Ils rappellent que Canalsat et TPS n’en sont, pour l’heure, qu’au stade des négociations.

Dans un communiqué commun, Vivendi-Universal, TF1 et M6 ont, en effet, annoncé « être entrés dans une négociation visant à aboutir à un accord industriel dans le domaine de la télévision payante ». La concurrence féroce qui coûtait cher aux deux bouquets en termes d’acquisition de droits (football, cinéma) et de coûts de recrutement d’abonnés, conjuguée à une autre concurrence issue de nouveaux modes de distribution de la télévision comme l’ADSL, les a contraints à prendre cette décision. La fusion était une vieille idée de Canal +. Dès la naissance de TPS, en novembre 1996, Canal +, qui avait déjà lancé son bouquet CanalSatellite, a proposé une union à Patrick le Lay, patron de TF1 (détenteur de 66% de TPS, M6 possède les 34% restants). « Moi vivant, jamais je n’accepterai une fusion avec Canal + », avait-il alors répondu. L’année suivante, Canal + a relancé son opération de charme. Sans succès. Les deux bouquets doivent absolument, a de nouveau affirmé, en 2001, M. Lescure, patron de Canal +, s’adapter aux réalités économiques.

Quelques mois plus tard, Denis Olivennes, P-DG de la Fnac, ajoute : « On n’a pas besoin d’être prix Nobel d’économie pour comprendre qu’une seule plateforme serait plus efficace commercialement et économiquement. » Patrick le Lay a fini par céder. Les experts français analysent cela par le fait que « Le Lay a fait le calcul que TPS était foutu ». Canal + ayant raflé l’exclusivité de la Ligue 1 de football il y a un an exactement, les abonnements de TPS, indique-t-on, se sont effondrés tandis que ceux de Canal + et de CanalSat se portent très bien.

L’apparition, en France, de la Télévision numérique terrestre (TNT) et des décodeurs mixtes satellites - TNT ou télé par ADSL - TNT a également joué en faveur d’une fusion entre les deux bouquets. Interrogé sur cette prochaine fusion, l’un des vendeurs de démos de la rue Hassiba Ben Bouali a estimé : « Même si les chaînes TPS disparaissaient, les Algériens réussiraient à les faire réapparaître. » S’inquiéter d’une éventuelle disparition des chaînes serait, d’après lui, « sous-estimer les pirates algériens ».

Amel Blidi
El Watan
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›