Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Jeudi 22 Décembre 2005 à 00:00

Le lancement d'une chaîne TV satellite retardé par la sécurité iranienne

Le lancement de la chaîne de télévision par satellite d'un important religieux réformateur iranien a été retardé par l'intervention d'agents de la sécurité iranienne, a affirmé jeudi à l'AFP le directeur de la chaîne.

Saba TV, lancée par l'hodjatolislam Mehdi Karoubi, devait démarrer mercredi à minuit avec la diffusion depuis Dubaï d'un court programme produit en Iran, et acheminé par un avion de ligne iranien. Selon la constitution iranienne, les chaînes de radio et de télévision doivent être contrôlées par l'Etat. "Des agents de sécurité dans l'avion ont empêché le producteur en chef, Mahmoud Rehayi, de sortir de l'appareil à moins qu'il ne leur remette la cassette du programme", a dit le directeur de Saba TV, Behrouz Afkhami. "M. Rehayi a refusé et appelé M. Karoubi, qui lui a demandé de ne pas donner la cassette et de la rapporter à Téhéran. Mais il a finalement été autorisé à descendre à Dubaï avec le programme", a raconté le directeur.

La cassette, d'une durée de trois heures, comporte deux interviews de MM. Karoubi et Afkhami, un documentaire sur la Parlement iranien et de la musique, et sera diffusée au plus tard jeudi à 21HOO locale (17H30 GMT), selon les responsables de la chaîne. "Nous n'avons reçu aucune demande d'autorisation pour les activités de la chaîne Saba TV et par conséquent nous n'avons pas encore accordé d'autorisation", a déclaré pour sa part Mohammad Hossein Khoshvaght, directeur du ministère de la Culture, en charge des médias et des journalistes étrangers. "La chaîne doit avoir une autorisation de la part du ministère pour avoir des activités en Iran ou attirer de la publicité", a-t-il ajouté.

Mardi, le ministère de la Culture a interdit aux sociétés iraniennes de faire de la publicité sur les chaînes satellitaires. "Nous utiliserons uniquement de la publicité étrangère", a rétorqué M. Afkhami. Plusieurs journalistes réformateurs connus, dont certains ont été contraints de quitter le pays, doivent collaborer à cette chaîne. Ancien président du parlement, M. Karoubi était arrivé troisième lors de l'élection présidentielle de juin. Il avait protesté contre la manipulation de l'élection par les ultraconservateurs permettant à Mahmoud Ahmadinejad d'aller au second tour et de remporter ainsi l'élection. Le but affiché de M. Karoubi est de "casser le monopole de l'Etat sur l'information", avait dit M. Afkhami mercredi.

"L'objectif est de fournir des informations objectives à propos de l'Iran aux Iraniens vivant en Iran et ailleurs dans le monde", avait ajouté M. Afkhami, un cinéaste connu, élu député en 2000 sur la liste des réformateurs. Les chaînes de télévision par satellite sont interdites en Iran, mais selon les chiffres officieux, il y a plusieurs millions de foyers qui possèdent des antennes paraboliques. Il existe actuellement une vingtaine de chaînes satellitaires en persan, émettant depuis l'étranger, qui diffusent soit des programmes de divertissement et de la musique soit des programmes politiques hostiles à la République islamique.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›