Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Mercredi 1 Novembre 2006 à 00:00

Al-Jazira célèbre ses 10 ans et vise une stature internationale

Al-Jazira, la chaîne qatariote qui a révolutionné l'audiovisuel dans le monde arabe et suscité la controverse depuis sa création, célèbre mercredi son 10e anniversaire avec l'ambition de s'imposer auprès d'un public international grâce au lancement imminent d'une chaîne en anglais.

Al-Jazira, qui a démarré le 1er novembre 1996 en reprenant la plus grande partie des effectifs de l'éphémère chaîne arabe de la BBC, "a des perspectives très prometteuses dès lors que la volonté, l'argent et l'expertise sont disponibles", a déclaré à l'AFP son rédacteur en chef, Ahmed Al-Cheikh. Prévu initialement en 2005 et plusieurs fois reporté, le lancement de la chaîne en anglais, "Al-Jazeera International", aura lieu le 15 novembre, a indiqué à l'AFP Mahmoud Chammam, membre du Conseil d'administration d'Al-Jazeera Satellite Network, le groupe auquel appartient Al-Jazira.

La nouvelle chaîne émettra dans un premier temps 12 heures par jour, avant de diffuser ses programmes 24 heures sur 24 à compter du 1er janvier 2007, a-t-on appris de sources concordantes à Doha. Avec quatre centres régionaux à Doha, Kuala Lumpur, Londres et Washington, "Al-Jazeera International" confèrera une dimension mondiale à la chaîne, souvent décrite comme la "CNN arabe". "Avec la chaîne arabe, nous disposerons de plus de 60 bureaux dans le monde, pour la plupart dans l'hémisphère sud, de sorte que nous assurerons un flux d'informations du Sud vers le Nord. Nous serons une chaîne de référence pour le Moyen-Orient et l'Afrique", soulignait récemment le directeur de la rédaction, Omar Bec.

"Al-Jazeera Satellite Network" comprend également trois chaînes sportives, dont deux payantes, une chaîne documentaire en cours de création et deux sites internet, en arabe et en anglais. Al-Jazira, la chaîne mère de langue arabe, a acquis sa renommée grâce à sa couverture exclusive de l'intervention militaire américaine en Afghanistan fin 2001 et à la diffusion des cassettes vidéo d'Oussama ben Laden, le leader du réseau terroriste al-Qaïda. Cela lui vaut d'être dénoncée régulièrement par Washington, qui l'accuse de se faire le porte-parole des groupes les plus extrémistes, notamment en Irak, où al-Jazira est interdite depuis 2004.

Le directeur du bureau de Beyrouth de la chaîne, Ghassan Ben Jeddou, estime qu'al-Jazira a "offert au citoyen arabe une marge de liberté" et réussi à "briser plusieurs tabous qu'imposaient les gouvernements et les médias officiels". Pour sa part, M. Chammam plaide pour le "journalisme d'investigation afin de dénoncer les problèmes de corruption et d'injustice dans le monde arabe". Ce franc-parler a conduit à des crises larvées ou déclarées avec certains pays arabes, notamment l'Arabie saoudite, qui a rappelé son ambassadeur à Doha en 2002, après la diffusion d'un débat lors duquel la famille royale saoudienne avait été critiquée.

La semaine dernière, c'est la Tunisie qui a fermé son ambassade à Doha pour protester contre la diffusion de l'interview d'un opposant tunisien. "Le public d'Al-Jazeera International est différent du nôtre, mais nous coordonnerons notre politique éditoriale à travers des réunions quotidiennes pour nous entendre, entre autres, sur des termes controversés comme ceux de +martyr+, +terrorisme+ et +résistance+" dans la couverture des conflits régionaux, affirme Ahmad Al-Cheikh.

Le groupe, qui dépend largement des subsides du Qatar, "n'envisage pas une privatisation", même partielle, affirme son directeur commercial adjoint, Mohammad Badr Al-Sada, et compte plutôt sur "de nouvelles sources de revenus, dont le recours au parrainage des journaux télévisés par de grandes firmes internationales". "Un gouvernement qui vous finance et vous accorde une large marge de liberté est préférable à un capital privé soumis aux pressions commerciales", affirme Ahmed Al-Cheikh.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public