Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Samedi 26 Octobre 2002 à 00:00

les satellites au secours de la médecine d'urgence

Testées dans des villages isolées de Guyanne et à bord de certains avions, la télémédecine via le satellite pourrait, grâce au projet Deltass, devenir un outil précieux pour les secours intervenant sur les catastrophes.

"Deltass va démontrer qu'en situation d'urgence et lorsque les infrastructures terrestres sont touchées, comme lors d'un tremblement de terre ou d'inondations, les satellites peuvent offrir une réponse efficace", avance Francesco Feliciani, responsable des applications à l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a financé le projet conduit par le Centre national d'études spatiales. "En cas de catastrophe, les télécommunications sont le nerf de la guerre", renchérit Nicolas Poirot de l'Institut de médecine spatiale (MEDES) de Toulouse.

Le Pr Christian Virenque, en tant que chef du SAMU 31, en a fait l'expérience lors de l'explosion de l'usine AZF. "Pendant plusieurs heures, nous avons dû faire face à une quasi paralysie des systèmes de télécommunications (lignes fixes touchées et réseaux GSM saturés)", rappelle-t-il. "Deltass nous aurait assurément aidés", estime le médecin. Présenté au salon international de l'innovation et de la prospective (SITEF) qui se déroule à Toulouse jusqu'au 26 octobre, Deltass "combine des équipements pour effectuer un diagnostic médical et des moyens de communications satellitaires", explique Laurent Braak, également du Medes.

Le système comprend de petites malettes équipées de téléphone et de "palm pilot" pour les secouristes et des valises de télémédecine plus sophistiquées (avec équipements bio-médicaux de base et un micro-ordinateur) pour les médecins. Sur le site de la catastrophe, les premiers secouristes repèrent les victimes et établissent un niveau d'urgence. Le dossier médical de la personne est ouvert. Désormais, il pourra constamment être enrichi et consulté, notamment par le centre de coordination. Grâce à la valise, les médecins vont mesurer et transmettre les données médicales de base (tension artérielle, température, saturation en oxygène, électrocardiogramme, etc.).

Idem lors du transport vers un hôpital de campagne monté en urgence, grâce à des ambulances également pourvues de valises. Ainsi, "le malade arrive à l'hôpital, son dossier l'a précédé", selon la formule du Pr Virenque. "Il est important de savoir si l'état du patient est stable ou s'il s'aggrave pendant le transport pour mieux l'accueillir à son arrivée", insiste Nicolas Poirot. En plus de l'établissement d'un historique, immédiatement accessible, de chaque patient, Deltass (acronyme pour disaster emergency logistic telemedecine advanced satellite system) permet d'avoir une vue globale du sinistre. Cela est essentiel car "connaître le nombre des victimes et leur localisation permet de déterminer l'organisation des secours", note Nicolas Poirot.

Si l'on ajoute à ces atouts la possibilité de prendre conseil auprès d'hôpitaux même très lointains, à qui on aura transmis le dossier médical, Deltass devrait séduire les équipes de la Sécurité civile et les services d'urgence. Toutefois, il faut encore convaincre ces utilisateurs potentiels car, comme le souligne Francesco Feliciani, "le problème ce n'est pas la technologie, mais son acceptation qui nécessite un changement dans l'organisation du travail".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›