Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Mercredi 30 Octobre 2002 à 00:00

Bauer va s'emparer de la dépouille de KirchMedia

Près de sept mois après son retentissant dépôt de bilan, le groupe allemand de médias KirchMedia, ex-étoile de l'empire en déconfiture de Leo Kirch, va être cédé à Bauer, un éditeur de presse peu connu du grand public qui fera ainsi une entrée remarquée dans la télévision allemande.

"La décision de principe (de vendre KirchMedia à Bauer) a été prise", a indiqué l'un des patrons de KirchMedia, Hans-Joachim Ziems, mercredi à l'issue d'une réunion des créanciers de la société en redressement judiciaire. Les détails de cette vente doivent encore être discutés et celle-ci ne devrait effectivement intervenir que dans les prochaines semaines. Mais elle promet de bouleverser profondément le paysage de la télévision privée en Allemagne, Kirch et son grand rival RTL (Bertelsmann) se partageant jusqu'ici presque exclusivement le gâteau. Car ce sont bel et bien les chaînes de télévision lucratives du vieux magnat Leo Kirch, regroupées dans le pôle ProSiebenSat.1, qui suscitaient la convoitise depuis sa faillite le 8 avril dernier.

Dans la galaxie tentaculaire Kirch, KirchMedia regroupait les droits de films et des droits sportifs ainsi qu'une part de 52,52% dans ProSiebenSat.1 et ses cinq chaînes de télévision en clair (ProSieben, Sat.1, N24, DSF, Kabel1). Les droits sportifs, dont ceux du Mondial de football 2006 et du championnat d'Allemagne de football (Bundesliga), avaient été cédés au début du mois à l'homme d'affaires français Robert Louis-Dreyfus et à l'ancien international de football allemand Guenter Netzer. Bauer n'est pas parti seul à la conquête de KirchMedia: la banque HypoVereinsbank, l'un des principaux établissements créanciers de Kirch, s'est associée à l'offre. Les studios américains Columbia TriStar, détenus par le japonais Sony, pourraient également être de la partie.

Un temps pressenti, l'éditeur Axel Springer est finalement resté à l'écart, mais pourrait s'associer à la dernière minute avec Bauer. Aucun détail financier n'a été révélé, mais selon des sources proches du secteur, le montant de cette acquisition pourrait atteindre deux milliards d'euros. En remportant la mise, l'éditeur hambourgeois Bauer met du même coup un terme - au moins provisoire - aux ambitions de la chaîne de télévision française privée TF1 dans la télévision en Allemagne. Le groupe français s'était en effet associé au producteur américain Haim Saban pour présenter une offre de rachat des parts de Kirch dans ProSiebenSat.1. Un autre consortium, regroupant essentiellement des actionnaires minoritaires de KirchMedia, s'était également porté acquéreur du groupe allemand.

Il comprenait les banques Lehman Brothers et Commerzbank, le prince saoudien al-Walid, le groupe de distribution Rewe auxquels s'était joint le groupe italien de télévision Mediaset, contrôlé par le chef de gouvernement italien Silvio Berlusconi. Dans le secteur des médias, personne en tous les cas n'aurait parié sur la victoire finale de Bauer. Avec un chiffre d'affaires d'environ 1,7 milliard d'euros, 116 titres vendus dans 12 pays, il est pourtant l'un des plus grands éditeurs allemands. Peu connu du grand public, le groupe fondé en 1875 et non coté en Bourse doit essentiellement sa réussite aux magazines de télévision dont il contrôle 55% du marché en Allemagne. En France, sa filiale les éditions Bauer publie notamment les magazines Maxi et Girl!.

Dans la télévision, Bauer ne disposait jusqu'à présent que d'une participation de quelque 30% dans la petite chaîne RTL2, ainsi que dans une société de production. Cette acquisition juteuse va donc lui permettre de devenir un grand de la télévision privée, si tant est que les autorités de la concurrence ne mettent pas un frein à son appétit. Autre avantage: elle va lui permettre de diminuer sa dépendance à l'égard du marché publicitaire, à l'heure où justement la presse allemande subit une crise pratiquement sans précédent.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›