Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Jeudi 14 Novembre 2002 à 00:00

La bourse s'inquiète pour la santé des chaînes

Les investisseurs boursiers s'inquiétaient hier mercredi de la flambée des prix de retransmission du championnat de France de football, craignant que la rentabilité des chaînes de télévision en soit affectée, en particulier celle de Canal+, qui fait figure de grand favori.

La chaîne cryptée Canal+, filiale de Vivendi Universal, a proposé 480 M EUR par an sur trois saisons saisons pour s'assurer les droits TV des championnats de France de football, selon des sources proches du dossier, soit 130 M EUR annuels de plus que ce que la chaîne a versé pour les quatre saisons de 2000/2001 à 2003/2004. Cette proposition est largement supérieure aux autres offres, a-t-on affirmé de mêmes sources, puisqu'elle dépasse notamment celle de son concurrent direct TPS, le bouquet satellitaire de TF1, de quelque 60 millions d'euros par an.

Ces chiffres ont contribué au décrochage de l'action Vivendi Universal à la Bourse de Paris, qui perdait 7,42% à 11,60 euros vers 15H00 (14H00 GMT), alors que TF1 reculait de 1,39% à 25,49 euros et que M6 s'affichait quasiment stable à 23,72 euros (+0,04%). "Je pense, comme tout le monde, que c'est très cher. On parlait plutôt d'une stabilité des prix, et on s'aperçoit que les offres sont de l'ordre de 480 M EUR, soit près de 40% plus cher qu'avant. Je suis vraiment surpris", affirmait l'analyste d'une banque européenne. "Etant donné l'importance que revêt pour l'identité de la chaîne l'attribution des droits de diffusion du football, cette nouvelle n'est pas surprenante même si la rentabilité de l'opération est loin d'être assurée", estime pour sa part le directeur de la recherche d'Aurel Leven, Jean-Noël Vieille. Le risque principal que fait courir à Canal+ une éventuelle perte des droits de retransmission du football serait "de probables désabonnements massifs" et ce serait "une bonne partie de sa valorisation qui disparaîtrait", précisait-il.

A l'inverse, "si Canal récupère en exclusivité les droits de retransmission, il pourra verrouiller ses abonnés et même capter certains de TPS", même si "en terme de rentabilité, la hausse significative du prix payé aura un impact défavorable sur le coût de la grille de la chaîne", avancent les analystes d'Aurel Leven. "Pour Canal+, c'est quasiment une question de vie ou de mort. S'ils obtiennent les droits à ce prix-là, c'est de la valorisation qui s'échappe, mais s'ils ne les ont pas, ils sont foutus", tranchait pour sa part l'analyste d'une banque française.

Pour M6, qui aurait fait une offre intéressante pour le lot 4, qui correspond à l'émission Téléfoot sur TF1 actuellement, remporter ces droits lui premettrait de bénéficier d'une audience complémentaire. "M6 est la chaîne qui enregistre une des rentabilité d'exploitation les plus élevées du secteur et elle a donc les moyens de voir la hausse du coût de sa grille", soulignent les analystes d'Aurel Leven. La société d'investissement Global Equities juge plus simplement qu'"au regard de l'inflation des droits de retransmission du football, nous ne voyons pour le moment qu'un seul vainqueur, la LFP (Ligue de football professionnel".
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›