Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Vendredi 15 Novembre 2002 à 00:00

La famille des lanceurs s'agrandit Delta-4

La nouvelle fusée américaine Delta-4 fera samedi son entrée dans la famille nombreuse des lanceurs de satellites, qui a déjà vu en août l'arrivée d'un autre lanceur américain, Atlas-5, et accueillera fin novembre une version plus musclée de la fusée européenne Ariane-5.

La première Delta-4 devrait décoller de la base de l'armée de l'air américaine à Cap Canaveral (Floride) samedi soir. Elle est décrite par son constructeur, Boeing, comme faisant partie d'"une nouvelle famille de fusées qui auront un impact à long terme sur les lancements spatiaux, les télécommunications et les industries de la défense", selon Dan Collins, directeur du programme Delta et vice-président du groupe.

Le lanceur existe dans cinq configurations lui permettant d'emporter jusqu'à 13 tonnes en orbite géostationnaire, grâce au moteur à hydrogène le plus gros du monde, d'une puissance de 17 millions de chevaux et qui engloutit 1 tonne de comburant à la seconde, selon le constructeur. Pour son vol inaugural de 37 minutes, Delta-4 aura pour mission de placer sur orbite un satellite (W-5) de l'opérateur européen de télécommunication Eutelsat, basé à Paris.

Mais le principal client de la nouvelle Delta est l'armée américaine, qui a confié à Boeing le lancement d'un satellite de communications militaires dès le deuxième tir d'une Delta-4, prévu en février. Delta-4 affiche un manifeste de six lancements en 2003, dont deux commerciaux. Et jusqu'en 2007, 27 tirs sont prévus. Le numéro un mondial de l'aéronautique Boeing, qui s'est taillé la part du lion dans les lancements attribués par l'armée américaine pour les années à venir avec 19 satellites à lancer contre neuf pour son concurrent Lockheed-Martin, dépend largement du succès de Delta-4 pour honorer ses engagements.

L'armée américaine a apporté un soutien financier pour la mise au point de la nouvelle fusée, dans le cadre d'un programme de l'armée de l'air destiné à favoriser l'arrivée d'une nouvelle génération de lanceurs fiables et moins coûteux. Ce programme avait également favorisé la mise au point de la nouvelle fusée Atlas-5 de Lockheed Martin, dont le premier exemplaire a décollé sans encombre le 21 août de Cap Canaveral, plaçant déjà en orbite un satellite d' Eutelsat qui bénéficie d'un important rabais pour être le premier client à tester la fiabilité des nouveaux lanceurs.

Environ 70% du plan de charge des lanceurs américains est rempli par des programmes gouvernementaux, contre 10% seulement pour Arianespace, qui arrive également sur le marché cette année avec une version "turbo" de son Ariane-5. Cette fusée, dont le lancement est prévu le 28 novembre, pourra emporter une charge utile de 10 tonnes contre 5,9 tonnes précédemment. Elle fera son premier vol avec deux satellites de télécommunications à bord, Hot Bird-TM-7, appartenant encore à Eutelsat, et Stentor, propriété du Centre national d'études spatiales (CNES) français, visant à tester de nouvelles techniques d'accès internet et de radiodiffusion.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›

Vos réactions

Zagreb4 | Mardi 22 Septembre 2009 à 01:47
Bonjour,

APPEL, aidez-moi réaliser ce nouveau lanceur quasiment gratuit!!!

LA QUESTION AUX RESPONSABLES DE LANCEURS SPATIAUX???

Quel est la vrai raison de continuer lancer satellites cher???
Visiblement, nos SCIENTUFIQUE preferent un lanceur très cher et de gacher des tones propergol au lieu lancer gratuitement???

Même question à nos petits enfants impliqués par leurs jeux et qui changeraient pour ce nouveau lanceur???

À QUI ENCORE LA FAUTE???

Georges BLAZUN par son statut est CONCEPTEUR-INVENTEUR dans la dans tous les DOMAINES TECHNOLOGIQUES, propose aux dirigents un nouveau lancement économiques des navettes spaciales, en propergol (98%) quatre vingt dix-huit pour cent moins cher par rapport aux vieux système de 60 ans venant des temps d’Hitler.

À ce propos: à cet époque on lancait déjà les fusés par les rails qui pouvait encore évoluer, cependant nos SCIENTIFIQUES ont décidés pour toujours de ne rien faire pour être moins cher

Je propose aux PHILOSOPHES et SCIENTIFIQUES se souvenir de la citation en analysant mot par mot: “LE JOUR OÙ LA SCIENCE COMMENCERA À S'INTERESSER AUX PHÉNOMÈNES NON-PHYSIQUE, ELLE FERA PLUS DE PROGRÈS EN UNE DÉCENNIE QUE DANS TOUS LES SIÈCLES DE SON EXISTENCE".

Sans contestation possible, la SCIENCE nous a convainçu que la RECHERCHE SCIENTIFIQUE aveuglement pointe son microscope coté opaque (PHÉNOMÈNES-PHYSIQUE), toutes les autres solutions sont automatiquements exclus, la SCIENCE se permet un espace de temps de plusieurs siècles, tandis que la RECHERCHE-INVENTIVE a un potentiel réaliser concept choisi en temps réel, pour les SCIENTIFIQUES une telles solution est inaccessible.

Pour ce concept je ne demande aucune compesation financière sauf de garder la paternité inventive, il me suffit un mois sur place pour construire un modèle reduit pour être aussitôt opérationnelle, avec ce nouveau mode de lancement plus de limitation de poids ni de volumes, quasimment gratuit

Si vous avez des questions à me poser, n'hesitez pas à georgesblazun@gmail.com
Je vous envoies amicalement mes salutations Georges Blazun