Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Mardi 19 Novembre 2002 à 00:00

Aéronautique et espace: la France et la Russie veulent coopérer davantage

La France et la Russie sont convenues lundi de renforcer leur coopération notamment dans le domaine aéronautique et spatial et d'accroître leurs échanges jugés encore très insuffisants.

C'est le thème central de la réunion des Premiers ministres français, Jean-Pierre Raffarin, et russe, Mikhaïl Kassianov, lundi à Toulouse (sud-ouest), berceau de l'aéronautique française, dans le cadre du huitième séminaire intergouvernemental franco-russe. MM. Raffarin et Kassianov, arrivés séparément de Paris, se sont retrouvés à l'aéroport de Toulouse et se sont rendus ensemble à l'usine de l'avionneur européen Airbus pour visiter les chaînes d'assemblage.

Airbus a signé à cette occasion un contrat avec la compagnie russe Aeroflot portant sur la livraison de douze avions moyen-courrier (A319-320). D'un montant de 650 millions de dollars (autant d'euros), le contrat a été signé par le président d'Airbus, Noël Forgeard, et le directeur général d'Aeroflot, Valeri Okoulov, en présence des deux chefs de gouvernement. Au total, la compagnie russe exploitera donc dix-huit appareils moyen-courrier construits par la société européenne. Airbus a aussi signé un accord pour la création d'un centre d'ingénierie en Russie en partenariat avec le groupe Kaskol.

Ce centre ouvrira en décembre 2002 et emploiera une centaine d'ingénieurs russes d'ici la fin 2004. Il participera aux programmes existants et futurs du constructeur européen. Treize ingénieurs russes sont déjà en formation à Toulouse. Le projet de lancement de vaisseaux Soyouz depuis le centre spatial de Kourou (Guyane française) devait aussi être abordé. Les agences spatiales russe et européenne (ESA) sont en désaccord sur le financement du projet, qui nécessite la construction d'infrastructures pour 250 à 300 millions de dollars.

MM. Raffarin et Kassianov devaient ensuite avoir un déjeuner de travail avec des représentants de la société civile (chefs d'entreprise et professeurs de russe notamment) suivi d'un tête-à-tête d'une demi-heure consacré aux questions bilatérales. M. Raffarin est accompagné de sept ministres et secrétaires d'Etat: Francis Mer (Economie), Hervé Gaymard (Agriculture), Jean-Paul Delevoye (Fonction publique), Nicole Fontaine (Industrie), Claudie Haigneré (Recherche), François Loos (Commerce extérieur) et Dominique Bussereau (Transports).

La délégation russe est composée du Premier ministre et des ministres de l'Industrie, Ilia Klebanov, de l'Agriculture, Alexeï Gordeïev, et des Transports, Sergueï Frank. M. Kassianov avait été reçu dimanche à Paris par le président Jacques Chirac. La présidence française a annoncé une visite d'Etat du président russe Vladimir Poutine en France en février 2003. M. Chirac avait constaté la progression des échanges commerciaux en soulignant "que la France n'occupe pas encore la place qui pourrait être la sienne", selon sa porte-parole, Catherine Colonna. La part de marché de la France n'est que de 4% contre 13% à l'Allemagne.

M. Kassianov a souligné la nécessité d'augmenter le commerce bilatéral, dans un entretien au quotidien économique Les Echos. "En cumul, les investissements français en Russie sont inférieurs à 3,4 milliards de dollars, malgré l'activité déployée par des firmes telles que Danone, Total Fina Elf, Renault, Rhodia et d'autres", a ainsi reconnu M. Kassianov qui devait quitter la France lundi soir.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›