Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Lundi 2 Décembre 2002 à 00:00

Sur TF1, l'été sera "bleu océan"

Après "Terre Indigo" et "L'été rouge", le feuilleton estival de TF1 déclinera encore le prisme des couleurs avec "Le bleu de l'océan" (5X100 minutes) réalisé par Didier Albert.

En tournage du 14 octobre au 7 mars, cette nouvelle saga en pays basque a pour héroïne la jeune Claire Borotra ("L'institutrice" et "Une fille dans l'azur" sur TF1, "Le destin de Clarisse" sur France 2 mercredi 27 novembre), qui interprète Talia Vargas. Elle est entourée de comédiens confirmés comme Bernard Verley, Mireille Darc (qui jouait dans "Terre Indigo" en 1997), Philippe Caroit, Alexandra Vandernoot et Bruno Madinier. "C'est un thriller romanesque, moins polar que +L'été rouge+ mais tout de même très musclé", explique le directeur de la fiction de TF1 Takis Candilis.

Le dernier épisode de "L'été rouge" avait réuni 9,7 millions de télespectateurs fin juillet 2002. Entre mer et montagne, des embruns de Biarritz aux montagnes du haut-pays basque, les téléspectateurs seront entraînés dans les secrets de la famille Delcourt sur laquelle règne Charles (Bernard Verley), un puissant homme d'affaires, notable de la région. Talia, à la mort de celle qu'elle prenait pour sa mère, découvre qu'elle a été adoptée. Ses vrais parents ont péri dans un naufrage et elle part à la recherche de ses origines. "Elle est comme un catalyseur qui provoque des réactions chimiques de tous les côtés dans une famille qui vit sous le sceau du secret", explique Claire Borotra, qui se prépare à la scène capitale dans laquelle elle accuse publiquement Charles, son oncle, d'avoir provoqué la mort de ses parents.

En robe du soir rouge -celle de sa mère-, elle déboule dans la soirée d'anniversaire très convenue du patriarche, au casino de Biarritz. Devant la famille médusée, les retrouvailles sont explosives. Claire Borotra joue le double rôle de Talia et de sa mère Ariane, présente en flash-back. "Talia est un rôle assez physique, je fais de la plongée sous-marine, me baigne dans un lac à 12 degrés, tourne avec des aigles, des loups et des dauphins", souligne la comédienne, qui vit ce tournage comme "un parcours de sportif de haut niveau, un marathon où il faut de l'endurance".

Pour s'adresser en prime-time à un public familial, la chaîne met tous les atouts de son côté dans cette coproduction TF1-DEMD Productions (budget 11 millions d'euros) : un savant dosage de têtes nouvelles et de talents confirmés, une histoire à rebondissements ancrée dans une région, avec une ou deux scènes d'action par épisode. "Le public a évolué, il s'est habitué à plus de rythme", souligne Takis Candilis qui promet des coups de théâtre dans cette histoire où l'on se demande parfois qui est qui. Bernard Verley assume son "rôle de salaud" avec une décontraction souriante et lui trouve des "circonstances atténuantes". "C'est un peu le principe du contre-emploi, dans la vie je ne suis pas odieux", dit celui qui interprète aussi "Malone", nouveau policier de TF1, et qui jouera au théâtre de l'Atelier à partir du 20 janvier avec Claude Rich "Les braises" de Sandor Maraï.

Philippe Caroit, abonné aux rôles romantiques alors qu'il affirme n'avoir "aucun a priori sur aucun type de rôle", est Clément, un sculpteur marié à Mathilde, "premier rôle de méchante" pour Alexandra Vandernoot. Elle affirme que "jouer est comme une psychothérapie qui permet de décharger sa violence". Quant à Jean-Pascal, sorti de la "Star Academy", il trouve là son premier rôle.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›