Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Jeudi 5 Décembre 2002 à 00:00

Vivendi Universal: JRF tourne définitivement le dos à la stratégie de J2M

Le Pdg de Vivendi Universal (VU), Jean-René Fourtou (JRF), qui a laissé entrevoir la séparation des activités de la holding montée par Jean-Marie Messier (J2M), a tourné définitivement le dos à la stratégie de son prédécesseur, qui voulait "marier contenus et contenants" des médias et de la communication.

J2M s'était fait le chantre de ce concept en France en menant au pas de charge la métamorphose de la plus que centenaire Générale des Eaux en un groupe transatlantique de communication et de médias, Vivendi Universal. Le patron déchu de VU ambitionnait de faire d'internet et de l'UMTS (le téléphone portable de 3ème génération), des "tuyaux" pour l'édition, la musique, la télévision et le cinéma. M. Fourtou a enterré ce concept présenté comme "révolutionnaire" et qui était remis en cause depuis deux ans par l'éclatement de la bulle internet.

Il a clairement signifié qu'il ne voyait "aucune synergie" entre les activités de VU dans le téléphone en France et ses activités dans les loisirs, la musique, le cinéma et la télévision aux Etats-Unis, et qu'il était opposé à toute idée de holding financière pour les gérer. Le retrait du conseil d'administration de VU de Marc Viénot, président d'honneur de la Société Générale, qui prônait la création d'un "grand groupe de médias et d'entertainment, présent des deux côtés de l'Atlantique", symbolise le revirement stratégique de VU par rapport à "l'ère Messier".

Esquissant les contours de sa nouvelle stratégie pour VU, JRF a affirmé mardi que dans deux ans le groupe sera composé d'un côté de Cegetel, sa filiale de téléphonie, avec la "pépite SFR", son pôle de téléphone mobile, et de l'autre des activités de divertissement aux Etats-Unis. Il n'a pas exclu de vendre à terme l'un et l'autre sinon les deux, si les conditions de marché lui permettent d'en tirer le meilleur prix. Quant au groupe Canal+, en pleine réorganisation, M. Fourtou a estimé qu'"on ne pourra pas vivre convenablement tant qu'il n'y aura pas un bouquet unique" en France. Il lance donc un appel au regroupement de CanalSatellite et de TPS (contrôlé par TF1 et M6) afin de parvenir à une "chaîne unique payante".

Parallèlement, M. Fourtou veut investir dans Cegetel et les activités américaines de VU pour les renforcer, améliorer leur rentabilité, afin de rendre plus attractives ces deux activités pour d'éventuels acquéreurs. L'opérateur britannique Vodafone, qui convoitait Cegetel et s'est fait éconduire par VU, n'a pas renoncé, malgré son échec. Il a indiqué qu'il était toujours acheteur "dans trois mois, un an ou trois ans". Plusieurs analystes n'excluent pas que Vodafone, qui a 30% de Cegetel et 44% dans SFR, arrive un jour à ses fins.

Ils estiment que la "logique industrielle" plaide pour un rapprochement entre SFR et Vodafone, numéro un mondial de la téléphonie mobile, avec une très forte présence en Europe. M. Fourtou, qui a reconnu son ignorance dans le domaine "spécifique" du divertissement et des loisirs, s'est rallié à la stratégie de Barry Diller, vétéran d'Hollywood, placé par Jean-Marie Messier à la tête de VU Entertainment (VUE). Il lui a confié jusqu'à l'été prochain la co-présidence de l'ensemble des activités américaines de VU, y compris la musique et le cinéma, avec pour objectif leur remise à niveau pour qu'elles génèrent plus de trésorerie avant une mise en bourse ou leur vente en bloc.

Un acquéreur est déjà sur les rangs: le magnat américain du pétrole et de l'immobilier, Marvin Davis, qui a offert 20 mds EUR. JRF a estimé que "puisqu'on lui offre autant, VUE peut en obtenir plus" et décidé d'attendre. Un nouveau round de discussions est prévu au début de l'année. Barry Diller serait lui même intéressé, selon la presse américaine. Celle-ci n'a cessé de mettre l'accent ces dernières semaines sur la volonté des actionnaires américains de reprendre leurs billes et de solder leur "aventure décevante" avec Jean-Marie Messier.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›