Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Samedi 14 Décembre 2002 à 00:00

L'espoir d'une solution européenne pour Eutelsat

Le groupe de télécommunications allemand Deutsche Telekom a vendu la part qu'il détenait dans l'opérateur satellitaire européen Eutelsat à un groupe italien, faisant ainsi renaître les espoirs d'une solution européenne pour Eutelsat convoité par ses concurrents américains.

Deutsche Telekom a annoncé avoir vendu les 10,87% qu'il détenait dans Eutelsat à l'éditeur italien De Agostini pour 210 millions d'euros. Le groupe allemand a reçu la majeure partie de cette somme en liquide, et le reste sous forme d'une participation dans une holding nouvellement fondée par De Agostini. Deutsche Telekom reste présent chez Eutelsat via cette holding, fait-on remarquer au siège de l'opérateur satellitaire européen. Cette opération correspond cependant clairement à un retrait du groupe allemand qui poursuit ainsi sa stratégie de cessions d'actifs destinée à éponger sa colossale dette de 64 milliards d'euros.

Il pourrait être imité prochainement par les autres actionnaires d'Eutelsat - France Télécom (23,1%), British Telecom (17,5%) et KPN (3,48%) - qui cherchent également à se désengager pour se désendetter. Au siège de France Télécom, on confirme être toujours vendeur de tout ou partie de cette participation dans Eutelsat, sans autre commentaire. Le désengagement annoncé des actionnaires d'Eutelsat a suscité les convoitises de ses concurrents américains - Intelsat et Panamsat - qui ont annoncé cette semaine leur intention de soumettre deux offres concurrentes pour acheter l'opérateur européen en mettant sur la table plus de 3 milliards de dollars. "Les Américains ont peu de chances de réussir leur opération maintenant que Deutsche Telekom a vendu sa part", estime une source proche du dossier.

Le groupe italien diversifié Finmeccanica a de son côté fait une offre à France Télécom pour racheter sa part dans Eutelsat, selon une information de presse que Finmeccanica n'a pas voulu commenter. Pour Finmeccanica, qui contrôle à la fois un opérateur de satellites (Telespazio) et un fabricant de satellites (Alenia Spazio), Eutelsat présente un intérêt stratégique évident. "Des fonds d'investissement européens sont également intéressés", selon une source proche du dossier qui précise que la date limite pour le dépôt des offres a été fixée au vendredi 13 décembre. Au siège d'Eutelsat, on se refuse à tout commentaire à ce sujet.

La montée au capital d'Eutelsat des Italiens devrait conforter les partisans d'une solution européenne. Les parlementaires européens notamment se sont émus des risques d'une éventuelle hégémonie américaine sur ce secteur. Eutelsat, qui transmet environ 1.150 chaînes de télévision et 600 stations de radio à une audience totale de plus de 100 millions de foyers recevant le câble ou le satellite, était à l'origine une organisation intergouvernementale. Elle a été privatisée et transformée en société anonyme en juillet 2001 et doit prochainement faire son entrée à la bourse de Paris.

Les constructeurs européens de satellites, Astrium (EADS) et Alcatel Space, principaux fournisseurs d'Eutelsat, pourraient craindre que leur client, le plus important pour l'industrie européenne des satellites, s'il passe sous contrôle américain, se tourne vers leurs concurrents outre-atlantique. Les quelque 400 salariés d'Eutelsat redoutent pour leur part les conséquences sociales d'une opération de restructuration avec les opérateurs américains.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›