Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Lundi 16 Décembre 2002 à 00:00

Canal+ offre un pont d'or au football français

Deux jours après la pire déroute vécue en 15 ans par les clubs français sur la scène européenne, Canal+ a obtenu samedi de la Ligue de football professionnel (LFP) l'exclusivité des droits TV de la Ligue 1 sur la période 2004-07, pour une somme record de 480 millions d'euros par an.

Le conseil d'administration de la LFP, qui a décidé à une étroite majorité (11 pour, 7 contre, 1 abstention et 4 absents) d'attribuer à Canal+ les lots 1 (les deux meilleurs matches de chaque journée), 2 (un match plus un magazine) et 3 (paiement à la séance), n'a donc pas attendu le 8 janvier et l'examen par le Conseil de la concurrence de la plainte du bouquet TPS, l'autre candidat, contrôlé par TF1 et M6. Cette stratégie est vraisemblablement motivée par le fait que la chaîne cryptée renouvellerait son offre de 480 M d'euros annuels même si le Conseil de la concurrence annulait la procédure.

Une offre qui dépasse de quelque 130 M euros le contrat actuel, ce qui suscite quelques inquiétudes dans les milieux financiers. "Mon rôle était d'obtenir des garanties, je les ai obtenues", a déclaré le président de la LFP, Frédéric Thiriez. "C'est une très grande victoire", a-t-il poursuivi, soulignant que le "football français allait être valorisé de 520 M euros par an (avec les autres lots vendus par la Ligue), soit une hausse de 35%". Toutefois, il a "regretté" que TPS n'ait pas accepté la proposition de Canal+ de partager le paiement à la séance, ce qui aurait ramené la somme à débourser par la chaîne cryptée à 430 M euros annuels.

Cette solution avait reçu la préférence de la LFP le 15 novembre, et M. Thiriez avait été mandaté pour parvenir à un accord, en vain. TPS, dans un communiqué diffusé samedi, a répété qu'il s'en "remettait au Conseil de la concurrence", estimant que la LFP courait d'importants "risques juridiques et financiers". En effet, en plus de l'annulation de la procédure, la Ligue peut se voir infliger une amende importante. Mais pour l'heure TPS est bien le grand perdant. Certes, ses abonnés le choisissent d'abord pour le cinéma, alors qu'ils sont 45% à s'abonner à Canal+ pour le football. Pourtant, perdre le football entraînera des désabonnements pour TPS, ce qui pourrait empêcher que soit atteint l'équilibre financier.

Ainsi, dans son édition de dimanche-lundi, Le Monde affirme que TPS pourrait perdre 230.000 abonnés lors des dix-huit prochains mois. Par ailleurs, le vote de samedi souligne les divergences entre "petits" et "grands" clubs. En effet, parmi les sept membres du CA opposés à une attribution immédiate des droits à Canal+, figurent Jean-Pierre Louvel (Le Havre), Pascal Urano (Sedan), Jean-Claude Plessis (Sochaux), Pascal Pouillot (Amiens/L2) et Jacques Rousselot (Nancy/L2). Du côté des "pour", on trouve Gervais Martel (Lens), Jean-Michel Aulas (Lyon), Jean-Louis Campora (Monaco) ou Charles Talar (PSG). TPS a d'ailleurs estimé que le vote était "d'autant plus critiquable qu'il a été obtenu avec la participation de quatre représentants de clubs ayant des intérêts directs avec Canal+".

Une référence au fait que Canal+ verse depuis 1999 de l'argent à six formations du "Club Europe", dont le PSG, Lyon, Monaco et Lens, contre un droit d'option prioritaire pour la diffusion de leurs matches au cas où ils deviendraient propriétaires de leurs droits TV (montant global: 250 M euros en sept ans). Les deux derniers clubs concernés sont Bordeaux et Marseille. Jean-Louis Triaud (Bordeaux) s'est abstenu samedi, son club appartenant à M6, tandis que l'OM ne possède pas de représentant au CA. M. Thiriez, en annonçant à l'assemblée générale la décision du CA, a espéré que les sommes obtenues permettraient aux clubs français de "rivaliser avec leurs concurrents européens", alors que seul Auxerre est encore présent en 8e de finale de la "petite" Coupe de l'UEFA.

Mais il est révélateur de constater qu'alors que l'offre de Canal+ pour la Ligue 1 est considérable, les diffuseurs français ne semblent plus prêts à débourser de grosses sommes pour acquérir les droits de la Ligue des champions.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›