Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Dimanche 10 Octobre 2004 à 00:00

Le clocher et le satellite

Des communes rurales, lassées d'attendre le bon vouloir de France Télécom pour être raccordées au haut débit, ont décidé de devenir opératrices et fournisseurs en s'appuyant sur une nouvelle législation.

Une loi votée le 21 juin a permis à quelques communes de répondre aux attentes de leurs administrés. L'article 1.425-1 du code général des collectivités territoriales autorise en effet les collectivités à investir dans les infrastructures de télécommunications et même, lorsqu'il y a carence d'opérateur, à devenir opératrices de télécommunications. A Saint-Jean d'Alcapiès (Aveyron), 218 habitants, l'accès au haut débit est opérationnel depuis plus d'un mois. En mai, le maire, Jérôme Rouve, président de la Chambre de commerce de Millau, a adressé un courrier aux 90 familles du village, leur demandant si elles étaient intéressées. « En une semaine, nous avons reçu 30 réponses positives », se souvient-il.

Une fois le projet voté à l'unanimité en conseil municipal, il s'est mis en contact avec l'opérateur indépendant Nostre Pais, qui a installé à Saint-Jean la solution Wi-Sat, une technologie différente de l'ADSL filaire, « s'affranchissant de tout équipement télécom existant ». Une parabole sur la mairie récupére via satellite et grâce à la société européenne Aramiska le flux internet avant de le redistribuer aux abonnés par des relais grâce à un réseau sans fil Wi-Fi (basé sur les ondes radios). Coût de l'installation : 15 000 €.

Pour 29 € par mois (et une caution de 110 €), les Saint-Jeantais disposent d'un débit de 2 mégabits par seconde, soit 4 fois plus rapide que l'ADSL. Pour l'instant, seul l'internet est proposé, mais d'ici quelque temps ils devraient pouvoir souscrire à des services annexes (téléphonie, télévision). Si Nostre Pais assure le support technique, c'est la mairie, opératrice, qui fixe les tarifs et se charge de la gestion administrative des utilisateurs. Avec 21 abonnés, « je parviens déjà à l'équilibre », affirme M. Rouve, « heureux d'avoir réussi le mariage du satellite et du clocher ».
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›