Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Samedi 9 Avril 2005 à 00:00

Jean-Pierre Elkabbach : une carrière en dents de scie

Le journaliste de radio et de télévision, Jean-Pierre Elkabbach, 67 ans, devenu vendredi patron de la radio Europe 1, a connu une carrière en dents de scie, alternant postes prestigieux et traversées du désert.

Après avoir étudié à l'Institut d'études politiques de Paris, il avait commencé sa carrière à Oran, sa ville natale, pour partir ensuite à Constantine et à Alger. En 1961, il est nommé à Paris. En mai 1968, à France Inter, il connaît un moment de purgatoire, pour avoir fustigé les "censeurs", avant de passer à la télévision en 1970, où il présente le journal de la Une puis de la Deux. En 1974, à l'occasion de l'éclatement de l'ORTF, il est à nouveau écarté du petit écran. Il revient alors à la Maison Ronde de la radio où son émission, "13-14", sur France Inter, est un succès.

En janvier 1977, sa nomination à la tête de l'information d'Antenne 2 s'accompagne de plusieurs départs au sein de la rédaction. Conspué au soir du 10 mai 1981, pour ses attaches giscardiennes présumées, il est évincé de la chaîne publique. Après son départ forcé, il s'attèle à l'écriture d'un livre "Taisez-vous Elkabbach", avec sa femme, la romancière, Nicole Avril. Le titre faisait allusion à la réplique que le dirigeant communiste de l'époque Georges Marchais lui avait lancée en direct sur Antenne 2. L'année 1982 marque son retour sur Europe 1, où il lance "Découvertes". Fort du succès de l'émission, il devient ensuite directeur d'antenne puis l'année suivante directeur général adjoint.

Pour son retour sur le petit écran, Jean-Pierre Elkabbach devra attendre 1991, où il rejoint les rangs de La Cinq. Après la mort de la chaîne, Hervé Bourges l'invite à rejoindre France 3, où il anime "Repères", une émission mensuelle, devenue ensuite hebdomadaire. En 1993, il devient PDG de France 2 et France 3, où il entend donner leurs chances aux animateurs des nouvelles générations comme Jean-Luc Delarue, Arthur ou Nagui. Mais après la révélation des contrats de centaines millions de francs attribués aux animateurs-producteurs stars de France 2, il se voit acculé à la démission au bout de deux ans et demi de mandat.

Il préside la chaîne Public Sénat depuis sa création en 2000, où il présente l'émission "Bibliothèque Médicis". Public Sénat est diffusée depuis une semaine sur la télévision numérique terrestre. On le disait bientôt à la tête de la future chaîne française d'information internationale (CFII), mais finalement c'est à la radio du groupe Lagardère qu'il entame une nouvelle aventure professionnelle. Décoré chevalier dans l'Ordre de la Légion d'honneur par François Mitterrand, Jean-Pierre Elkabbach avait entamé une série d'interviews télévisées avec l'ancien chef de l'Etat. Il a également écrit un livre avec l'ancien Premier ministre, Edouard Balladur, "Passion et longueur de temps" (1989).
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public