Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Mardi 1 Novembre 2005 à 00:00

Renseignements téléphoniques: le chant du cygne du 12

Le 12 de France Télécom, le numéro historique des renseignements téléphoniques, vit ses dernières heures: à partir de mercredi, une myriade de nouveaux numéros à six chiffres débutant par 118 vont venir lui faire concurrence avant qu'il ne disparaisse définitivement.

Le 12 ne répondra plus à partir du 3 avril 2006, pour cause de libéralisation du marché des renseignements téléphoniques et de concurrence équitable entre les acteurs qui vont y entrer. Le 12 était en effet trop célèbre pour permettre à d'autres numéros de s'épanouir à ses côtés. Au total, 28 opérateurs se sont vu attribuer un ou plusieurs numéros à six chiffres dont des sociétés spécialisées dans les renseignements téléphoniques, des opérateurs de téléphonie mobile ou des fournisseurs d'accès internet (FAI). Ils devraient dévoiler leurs offres d'ici avril.

Certains de ces nouveaux numéros seront disponibles dès mercredi. France Télécom et sa filiale annuaire PagesJaunes, l'allemand Telegate et le britannique Le Numéro notamment se lanceront dans la bataille, avec pour objectif de prendre une longueur d'avance sur les autres. Pour ce faire, ils ont prévu de gros budgets publicitaires pour faire connaître leur numéro. La directrice voix et services de PagesJaunes, Valérie Shwartz, prévoit d'investir 10 millions d'euros d'ici la fin de l'année et entre 20 et 25 millions l'année prochaine.

Telegate parle de plusieurs dizaines de millions d'euros. Le Numéro, qui a refusé de donner un chiffre, avait investi 50 millions lors de la libéralisation du marché britannique. Cette multitude de numéros à mémoriser, avec des tarifs et des services associés très variables, risque de désorienter les consommateurs avec pour conséquence le risque de voir les nombres d'appels diminuer, en tout cas dans un premier temps. Actuellement, environ 300 millions d'appels sont passés chaque année, dont environ la moitié depuis un téléphone mobile, chaque appel étant facturé en moyenne un euro. Selon le directeur marketing ventes et services France de France Télécom, Fabrice André, l'opérateur historique détient 75% de ce marché.

Pour informer et aider les consommateurs, l'Arcep, le gendarme du secteur, va lancer un site internet mercredi. Le risque d'une baisse de qualité du service, qui a pu être observée en Grande-Bretagne où le taux de réponses et d'exactitude des réponses a chuté, pourrait aussi détourner les clients des renseignements téléphoniques. Mais pour le PDG de L'Annuaire universel, Guy Birenbaum, "l'Arcep a pris des précautions pour éviter la détérioration de la qualité: des candidats ont été éliminés, des règles à respecter ont été édictées".

L'Arcep a en effet imposé aux futurs "118..." de proposer au minimum à leurs clients l'équivalent des pages blanches, soit les numéros de téléphones fixe, de mobiles et de téléphones sur internet ainsi que les numéros de services gratuits ou payants commençant par "08". Selon le directeur général de Le Numéro, Bruno Massiet du Biest, "pour survivre, il faudra offrir un service de qualité". Tous sont d'accord sur un point: il n'y aura pas de place pour tout le monde et 90% du marché devrait se retrouver rapidemment concentré entre les mains de deux, trois, voire au maximum quatre opérateurs.

Les autres devront se contenter de marché de niche: Free par exemple ne devrait viser que ses abonnés. Des alliances se sont aussi déjà dessinées: Telegate assurera le service renseignement pour les opérateurs mobiles SFR et Bouygues Telecom.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›