Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Samedi 18 Mars 2006 à 00:00

Arte veut séduire un nouveau public sans renier son identité

La chaîne culturelle franco-allemande Arte, pilotée par Jérôme Clément, candidat à sa propre succession à la tête de la branche Arte France, cherche à s'ouvrir à de nouveaux publics, sans renoncer à sa différence.

Sans concurrent déclaré, Jérôme Clément devrait conserver, à 60 ans, les rênes d'Arte France, qu'il dirige depuis 1991. Le conseil de surveillance se prononcera lundi sur un nouveau mandat de quatre ans. Issu d'un attelage franco-allemand, Arte est un groupement d'intérêt économique créé en avril 1991, représenté à parité par Arte France et Arte Deutschland TV GmbH. Arte France est détenue à 45% par France Télévisions, à 25% par l'Etat français, à 15% par Radio France et à 15% par l'Institut national de l'audiovisuel (INA). La partie allemande est possédée conjointement par les chaînes publiques allemandes ARD et ZDF.

Arte est regardée par 10 millions de téléspectateurs chaque semaine en France et 4 millions en Allemagne. Confrontée à une légère érosion de son audience en France, avec une moyenne située entre 3,5% et 3,8%, Arte cherche à séduire de nouveaux publics, tout en gardant sa spécificité. Un grand écart difficile pour cette chaîne sans ressources publicitaires qui dépend uniquement de la redevance. C'est avec le lancement en octobre de la fiction "Vénus et Apollon" drainant un public plus jeune et féminin qu'Arte a amorcé le virage. La chaîne prépare d'ailleurs une nouvelle série avec Tony Marshall, qui sera réalisée dans le même esprit.

Poursuivant sur cette lancée, la chaîne a également lancé le 4 février son premier jeu télévisé "Memoquiz". Un divertissement faisant appel à la mémoire, qui permet d'élargir la gamme de programmes d'Arte. La chaîne a gagné en visibilité avec le câble, le satellite et la télévision numérique terrestre (TNT), où elle est diffusée toute la journée, alors que ses programmes ne commencent qu'à 19H00 -après ceux de France 5- sur le réseau hertzien classique. Pour toucher un public plus jeune, rompu à l'utilisation d'internet, la chaîne vient également d'ouvrir un nouveau service de vidéo à la demande, qui offre 400 émissions à télécharger.

Arte va aussi renforcer sa programmation scientifique, avec une émission exceptionnelle "Cosmic Connexion" à l'automne, en partenariat avec le Cnes (Centre national d'études spatiales) et avec le cinéaste Jean-Jacques Beineix. En 2007, une nouvelle case documentaire sera consacrée à l'avancement de la recherche et à ses limites. Jugeant son budget insuffisant (208,8 millions d'euros pour Arte France en 2006), Jérôme Clément reste toutefois résolument optimiste. "En France, de 2000 à 2005, en audience cumulée, nous sommes passés de 8,7 millions à 9,8 millions de téléspectateurs, ce qui est un encouragement", a-t-il déclaré fin janvier.

Menant une campagne discrète pour son renouvellement à la tête d'Arte France, Jérôme Clément continue à vouloir ancrer la chaîne en Europe, avec le lancement prévu fin septembre d'une troisième chaîne publique en Belgique, Belarte, reprenant des programmes d'Arte. L'Espagne est aussi dans sa ligne de mire. L'objectif est d'y créer une nouvelle chaîne en 2007.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›