Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique
Samedi 26 Août 2006 à 00:00

Les services sur mobiles ont un ticket avec les transports en commun

Un SMS prévenant d'un retard de train régional ou détaillant le meilleur itinéraire en métro d'un bout à l'autre de Paris: les opérateurs de transports en commun français utilisent de plus en plus les services sur téléphones mobiles pour communiquer avec leurs usagers.

Alors que le manque d'informations en cas d'altération du trafic est un reproche récurrent des voyageurs, la RATP a récemment annoncé qu'elle proposerait dès octobre à ses usagers d'être avertis par SMS ou par Wap (internet sur mobile) des perturbations sur leur trajet de métro ou de RER. C'est l'un des premiers services que va lancer la Régie dans le cadre d'un programme baptisé "RATP dans la poche", conçu pour informer les usagers en "quasi temps réel" de la situation du trafic mais aussi promouvoir ses offres commerciales.

Dans un deuxième temps, en 2007, les usagers pourront, toujours par l'Internet mobile (Wap et i-Mode) à l'adresse http://infogare.transilien.com/mobitransilien, calculer leur meilleur temps de trajet, avec la prise en compte des perturbations éventuelles, voire connaître des itinéraires de remplacement selon l'endroit où ils se trouvent grâce à de la géolocalisation. "C'est un transfert sur mobile des services existants sur internet. Car nous partons du constat que 90% des 10 millions de Franciliens qui utilisent chaque jour les transports en commun possèdent un téléphone portable", a observé un porte-parole de la RATP. Le mobile pourrait même servir de ticket, grâce à une puce permettant d'ouvrir automatiquement les portillons du métro. Les premiers tests clients sont prévus pour 2007.

Egalement en Ile-de-France, la SNCF fait aussi état de la possibilité pour ses clients de connaître par SMS les horaires des prochains trains au départ de leur gare habituelle. Dans d'autres régions, comme en Midi-Pyrénées, elle offre d'alerter par SMS ou courriel ses abonnés des retards de leurs TER. Ce service, à l'essai, nécessite une inscription préalable sur internet en précisant un itinéraire et une tranche horaire. La SNCF a aussi testé cet été l'achat de billets TER par téléphone, via la connexion du portable à un site internet dédié. Après confirmation de l'achat par SMS, les billets, valables une journée, sont envoyés par MMS.

De nouveaux services rendus nécessaires par l'émergence d'"un homme nomade, pour qui pouvoir bouger, communiquer, être informé, rester connecté... sont des droits naturels et fondamentaux", soulignait récemment le numéro deux de la SNCF, Guillaume Pépy, dans une tribune publiée par Le Figaro. C'est "un choc frontal pour les transporteurs, qui doivent concilier le caractère industriel du transport et l'exigence de services individuels et de connexion", disait-il. "Mais il n'y a pas d'échappatoire possible", ajouté-t-il. Car "le voyageur qui se contentait hier d'un service de transport de qualité désire aujourd'hui qu'on lui propose une offre globale de services".

Or "le téléphone mobile est en train de devenir le média le plus personnel puisqu'on le porte sur soi et que l'on satisfait ainsi l'envie d'être toujours connecté à quelque chose. C'est une sorte de télécommande universelle de la vie, comme le disait un sociologue", confirme Dominique Martin, porte-parole de l'Association française des opérateurs de téléphonie mobile (AFOM). Les services sur mobiles constituent "un progrès", juge le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) Régis Bergounhou.

Ils sont aussi une aubaine pour les exploitants des réseaux de transports en commun, soucieux de fidéliser leurs clients et pour les opérateurs de téléphonie ou d'internet sur mobile, puisque leur trafic et leurs recettes grimpent au fil de l'essor de ces nouveaux services, parfois payants.
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›