Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon LinkedIn
Bouton Newsletter TS
Dimanche 17 Septembre 2006 à 00:00

La presse quotidienne nationale française en crise

La presse quotidienne nationale en France (PQN), lue par 8 millions de personnes chaque jour, traverse une crise profonde, dont témoigne Libération, et doit opérer une profonde mutation face aux défis que lui posent l'internet et les gratuits.

"La presse quotidienne est morte, au sens de presse payante, tout simplement parce qu'Internet a imposé à l'écrit le modèle de la radio", va même jusqu'à lancer l'essayiste Jacques Attali dans la revue Médias. Les chiffres sont rudes: en quinze ans, de 1990 à 2005, le chiffre d'affaires de la PQN a baissé de 15,7% (à 875 millions d'euros). Il existait 28 quotidiens nationaux en 1946, vendus à plus de 6 millions d'exemplaires, il en reste 11, diffusés à 2 millions d'exemplaires par jour. En 2005, estimait récemment la Direction des médias (DDM), "on peut même parler de crise" qui touche "aussi bien les quotidiens nationaux que les magazines d'information".

Parallèlement à une baisse des revenus publicitaires, la diffusion de la PQN, en 2005, a chuté de 1,95% (chiffres OJD) et la tendance ne semble pas s'inverser au premier semestre 2006, à en croire les chiffres NMPP des ventes au numéro: Libération -10,5%, Le Figaro -6,4%, Le Monde -5,5%. La Tribune serait stable (-0,2%). Heureusement, Les Echos affichent +6,3%, L'Equipe +7,5% et Aujourd'hui en France +7,8%. "Malgré les tentatives de certains éditeurs de changer de formule pour être plus attractif ou d'ajouter des produits dérivés à leurs numéros (DVD, livres...), rien n'a pu enrayer leur chute", déplore la DDM, en allusion aux récentes nouvelles formules du Monde ou du Figaro.

France Soir a été repris par Jean-Pierre Brunois, un promoteur immobilier, après suppression d'une centaine d'emplois. Libération affiche des pertes de 5 millions au premier semestre 2006, après 56 départs. Le Monde -quotidien et imprimerie- a perdu 7 millions d'euros en 2005 et l'objectif est de réduire cette perte de moitié en 2006. Le groupe Le Monde a accusé en 2005 une perte nette de 27,9 millions d'euros mais devrait en 2006 la réduire de 8 à 10 millions d'euros, avec un résultat d'exploitation de 4 millions. Pour avoir une assise plus solide, le groupe fusionne ses journaux régionaux avec ceux de Lagardère, entré dans Le Monde SA à hauteur de 17%.

L'Humanité, malgré une diffusion en hausse de 5,7%, et de "plus de 4%" au premier semestre 2006, selon son directeur Patrick Le Hyaric, a accusé une perte de 3,12 millions d'euros en 2005 et appelé l'Etat à l'aide en juillet, en invoquant des "coûts incompressibles" et les "charges" des emprunts. Les coûts d'impression, de papier et de distribution des quotidiens en France, "parmi les plus élevés du monde occidental", représentent en effet environ "50% du prix total de revient d'un quotidien", relevait récemment l'Institut Montaigne. En outre, les points de ventes se raréfient: 4.600 sur 30.000 ont disparu entre 1995 et 2003. Autre facteur, la montée en puissance des quotidiens gratuits, 20 minutes et Metro, lancés en France par des groupes scandinaves en 2002.

Ainsi, 20 minutes est distribué à près de 800.000 exemplaires chaque jour à Paris et dans 7 autres villes. Un média qui séduit les jeunes de la "génération numérique", dont les modes de consommation des médias sont en totale rupture avec ceux de la génération issue du baby boom. Et les journaux comme Le Monde ou Libération misent de plus en plus sur leurs sites internet pour reconquérir un lector
‹  Actu précédente
Partager :
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public