Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Deux personnes se disputent la direction du bureau d'Alger de Khalifa-TV (KTV) et de KNews, les chaînes de télévision du milliardaire algérien Abdelmoumen Rafik Khalifa, qui émettent sur l'Europe, les Etats-Unis et l'Afrique du Nord. D'un côté, Mme Samira Hadjdjilani, responsable de ce bureau depuis son ouverture en janvier dernier, affirme être "la seule et unique responsable juridique du bureau d'Alger". De l'autre, un journaliste, Anis Rahmani, assure avoir été désigné récemment par M. Khalifa pour diriger KTV et KNews dans la capitale algérienne. Mme Hadjdjilani, qui affirme avoir informé les patrons de KTV et KNews depuis une semaine de sa démission, se refuse toutefois à une passation de consigne avec M. Rahmani en l'absence d'une décision "authentifiée" émanant de Paris et de Londres où sont basées les deux chaînes. "J'ai interpellé la semaine dernière les responsables de KTV (à Paris: ndlr) sur le devenir de ces chaînes et ils m'ont informée au téléphone de l'intention du PDG du groupe Khalifa de fermer le bureau d'Alger", a-t-elle déclaré à l'AFP. Mais pour l'instant, "je suis la seule responsable juridique du bureau", a-t-elle ajouté. Pour sa part, Anis Rahmani fait valoir une décision datée du 28 mars, signée par M. Khalifa, le désignant comme correspondant-coordinateur du bureau d'Alger. "Un proche de M. Khalifa m'a informé au téléphone que désormais Mme Hadjdjilani doit travailler sous mes ordres et le 1er avril, il m'a transmis un document mettant fin à ses fonctions à la tête des deux chaînes à Alger", a-t-il précisé à l'AFP. Interrogé par l'AFP à Paris, le nouveau PDG de Khalifa TV, Paul Agenauer s'est refusé à tout commentaire, affirmant que le bureau d'Alger n'était "pas de sa juridiction". Les deux chaînes emploient une vingtaine de journalistes à Alger qui n'ont pu percevoir leurs salaires en raison des déboires financiers du groupe Khalifa. Créé en 1992 par "Moumène" Khalifa, le groupe est en butte à de nombreuses difficultés. Trois collaborateurs de M. Khalifa qui tentaient de sortir frauduleusement deux millions d'euros du pays ont été arrêtés le 24 février à l'aéroport d'Alger. Depuis novembre 2002, la banque Khalifa, fleuron du groupe, est interdite de tout transfert de fonds vers l'étranger.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Produits relatifs
85,00 €
77,49 €
23,87 €
35,64 €
100,99 €
69,90 €
  
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public