Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon a estimé que la future chaîne française d'information internationale sera "une formidable occasion pour repenser la cohérence de l'ensemble du dispositif de l'audiovisuel extérieur". "Il faut repenser ce dispositif pour le simplifier, le clarifier, éviter les redondances", a poursuivi le ministre dans une interview à iTELE, soulignant que l'on ne pouvait "décider de la création d'une chaîne d'information internationale et ne pas se poser la question de la rentabilisation du reste". Pour Jean-Jacques Aillagon, qui a récemment annoncé qu'une décision sur la chaîne d'information internationale serait prise avant l'été, "il faudra forcément se poser la question de la relation entre cette chaîne et la partie information de TV5, sous peine de dilapider l'argent public". "Tout le monde la souhaite et se demande comment la mettre en oeuvre dans les conditions les plus efficaces, les plus rapides et les plus économiques", a-t-il commenté. Evoquant l'audiovisuel public, au-delà de cette chaîne particulière, le ministre a jugé que "l'interêt de tous serait qu'il ne relève pas de la tutelle de plusieurs ministères, que l'ensemble de ce dispositif soit réintroduit dans le même cadre et financé par la même source, la redevance." Il a précisé le dire "de façon très apaisée à l'égard du ministère des Affaires étrangères". Interrogé sur l'ouverture de la télévision à la publicité pour le cinéma, il a relevé que l'on "ne pouvait pas le faire de manière discriminatoire et dire: c'est possible pour le cinéma européen, c'est interdit pour le cinéma américain". "C'est la raison pour laquelle nous ne sommes pas partisans d'une ouverture systématique de la publicité au cinéma", a enchaîné le ministre qui s'est dit "sur une position d'attente" pour l'accès du cinéma mais aussi de l'édition à la publicité télévisée. "Je n'exclus pas que l'on puisse faire des propositions d'ouverture partielle et progressive mais il n'est pas question de déréguler totalement la publicité pour le cinéma à la télévision", a spécifié le ministre. "Cela aboutirait à renforcer l'impact de la cinématographie la plus commerciale et à rendre encore plus difficile la situation des cinématographies plus exigeantes", a-t-il jugé. A propos de la "diversité culturelle", Jean-Jacques Aillagon a estimé qu'il y avait "une menace dans l'espace européen dans la mesure où les différents pays n'ont pas la même maturité à l'égard de l'exception culturelle". "Je note qu'on fait des progrès et qu'on rallie de plus en plus de pays à cette cause", a-t-il cependant observé, réaffirmant que "la France souhaite le maintien de la règle de l'unanimité" sur ces questions à Bruxelles.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public