Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Le ministre de la Culture et de la Communication Jean-Jacques Aillagon juge "déplorable" la télé-réalité, un spectacle qui le "met mal à l'aise". Dans un entretien publié par La Croix , le ministre indique notamment: "La télé-réalité me met mal à l'aide. Ce déballage de la vie des gens, de faux sentiments, cette représentation désordonnée et déséquilibrée de la vie sentimentale, de la rencontre, de la séparation, je trouve tout cela déplorable et je ne comprends pas que certains puissent considérer que cela constitue un spectacle". C'est un triste spectacle!" Pour M. Aillagon "un ministère est aussi un magistère. Un ministre peut, par sa parole, indiquer à ceux, y compris à l'égard de ceux envers lesquels il n'a pas d'autorité administrative directe, que certains programmes constituent, pour l'équilibre de notre société, une véritable menace". Interrogé à propos du sort du président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) Dominique Baudis, dont le nom a été cité dans l'affaire Alègre, il a indiqué: "Dans cette affaire, tout est déséspérant et tout est finalement assez révoltant. Elle fait l'objet d'une instruction (...) La loi a instauré une indépendance totale du CSA, et notamment du président du CSA, sur lequel le ministre de la Communication n'a aucune autorité. Nous sommes dans le domaine de la seule responsabilité de Dominique Baudis et je respecterai toujours les décisions qu'il prendra".
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
Centre hospitalier de Douai
Concession de services publics : Fourniture et exploitation de services multimédias dédiés aux patients du Centre hospitalier de Douai et aux résidents de l'EHPAD Marceline Desbordes Valmore.
» Voir l'avis de concession de service public