Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS
TF1 France 2 France 3 Canal+ France 5 M6 Arte C8 W9 TMC TFX NRJ12 LCP/AN
France 4 BFM TV CNEWS CSTAR Gulli France Ô TF1 Séries Films L'Equipe TV 6ter RMC Story RMC Découverte Chérie 25 LCI

Programmes TV Arte

dimanche 24 mars 2019

06:05
Brecht et le Berliner Ensemble
La création d?un nouveau théâtre
documentaire : théâtre (2018) - 55mn
Réalisé par Heinrich Breloer
Lorsqu'il revient en Allemagne, en 1948, Bertold Brecht est accueilli à bras ouverts par la RDA. Voulant renouer avec le succès qu'il a connu avant la Seconde Guerre mondiale, il a pour ambition de révolutionner le théâtre. Son aspiration à refonder le spectacle vivant va bien au-delà des frontières allemandes. Il fonde alors avec son épouse Helene Weigel le Berliner Ensemble. Après quinze années d'exil, Brecht parvint à s'imposer comme figure de proue du théâtre occidental. A l'aide d'archives du théâtre mais aussi de nombreux témoignages, tel que celui de l'actrice suisse Regine Lutz, ce documentaire permet à Heinrich Breloer de prolonger la réflexion ouverte par les deux volets de son documentaire-fiction «Brecht».
07:00
Karambolage
magazine de société - 15mn
Présenté par Claire Doutriaux
Au sommaire :
07:15
Super cochon
documentaire : animalier (2018) - 45mn
Réalisé par Matt Hamilton
Les cochons, injustement méconnus, témoignent d'une grande intelligence, d'une étonnante mémoire, et sont dotés de formidables capacités d'adaptation.
08:00
Passe me voir !
Jessica, une indienne d'Amazonie
documentaire : société (2014) - 25mn
Réalisé par Alexander Preuss
Jessica, 9 ans, vit dans un petit village de la forêt tropicale colombienne et appartient au peuple Uitoto : la jungle lui offre un immense terrain de jeu.
08:25
La preuve par trois
Le gaspillage
magazine de découvertes - 25mn
Au sommaire :
08:50
Points de repères
Aral, une mer pour du coton
documentaire : histoire (2017) - 25mn
Réalisé par Pierre Lergenmüller
Saison : 2 - Victime de la surexploitation du coton dès les années 1950, la mer d'Aral s'assèche inexorablement et n'offre plus aucune ressource aux habitants de la région.
09:15
ARTE Junior, le mag
magazine jeunesse - 15mn
Présenté par Carolyn Höfchen
Pour les 10-14 ans, l'actualité internationale et européenne traitée à hauteur d'enfant, à partir de questions posées par des élèves du primaire français et allemand.
09:30
Madame de...
film : comédie dramatique (1953) - 01h40
Réalisé par Max Ophüls
Avec Danielle Darrieux (Madame de), Vittorio De Sica (le baron Fausto Donati), Charles Boyer (Monsieur de), Mireille Perrey (la nourrice), Lia Di Leo (Lola), Jean Debucourt (monsieur Rémy), Jean Galland (monsieur de Bernac), Hubert Noël (Henri de Maleville)
Des boucles d'oreilles en forme de c?ur, et celui de Louise, brisé par la passion, sentiment inconnu jusqu'alors de cette coquette mondaine. Le chef-d'?uvre français de tous les superlatifs. Critique : Des boucles d?oreilles en forme de c?ur passent de main en main. Et un autre c?ur, celui de Madame de?, se brise devant un sentiment inconnu qui a envahi sa vie futile et vaine. D?une certaine façon, la mise en scène sublime de Max Ophuls est une métaphore du cinéma, ce mensonge qui révèle la vérité, pour paraphraser Cocteau. Des mouvements de caméra d?une élégance et d?une précision extraordinaires semblent constamment entourer les personnages dans leur sinueux parcours vers la lucidité, et donc vers la mort. A Danielle Darrieux, Ophuls avait demandé d?incarner le vide. De façon que le spectateur soit profondément ému par son apparente inexistence. Elle réussit ce pari au-delà de toute espérance. Quand on la voit dans une église, la première fois, Madame de? n?est qu?une adorable mondaine, une coquette infernale. A la fin, c?est le visage d?une madone que filme Ophuls. Un visage que réalisateur et comédienne ont rendu inoubliable.
11:10
Cuisines des terroirs
Le Charolais
documentaire : gastronomie (2014) - 30mn
Réalisé par Lorenz Findeisen
Pot-au-feu, poularde de Bresse ou escargots sont au menu de la famille Preynat, qui exploite une ferme traditionnelle située dans le Charolais.
11:40
Metropolis
magazine culturel - 50mn
Au sommaire :
12:30
Le génie des plantes
En Amérique du Sud
documentaire : environnement (2016) - 45mn
Réalisé par Ilka Franzmann
Dans les régions reculées d'Amérique du Sud, les plantes sont le seul remède aux maladies et les habitants se transmettent leur savoir de génération en génération.
13:15
Des volcans et des hommes
Bromo, le volcan sacré de Java
documentaire : découvertes (2018) - 25mn
Réalisé par David Perrier
Saison : 1 - En Indonésie, les habitants vouent un culte au volcan Bromo : chaque année, des milliers de pèlerins viennent jeter des offrandes dans le cratère.
13:40
Un été en Alaska
documentaire : nature (2017) - 50mn
Réalisé par Linda Kerec
Alors que s'achève l'hiver, de grandes quantités d'eau issues de la fonte des neiges se transforment en torrents. Pour se reproduire, les saumons se lancent dans un périlleux périple qui a débuté dans les océans. Ils sont guettés par les lions de mer de Steller. Les ours les attendent également. Parallèlement, les orques et aux baleines à bosse quittent Mexico ou Hawaii. Les eaux du littoral alaskien sont riches en plancton et en krill.
14:30
Marius et Jeannette
film : comédie dramatique (1997) - 01h40
Réalisé par Robert Guédiguian
Avec Ariane Ascaride (Jeannette), Gérard Meylan (Marius), Pascale Roberts (Caroline), Jacques Boudet (Justin), Frédérique Bonnal (Monique), Jean-Pierre Darroussin (Dédé), Laetitia Pesenti (Magali), Miloud Nacer (Malek)
Marius, solitaire et ombrageux, rencontre Jeannette, lumineuse et chaleureuse. Le soleil réchauffe les c?urs. On oublie ses soucis et on ronronne de plaisir en rêvant de farniente. Critique : | Genre : romance populaire. Un grand type en salopette rouge est payé pour garder une ancienne cimenterie. Une petite brune escalade la clôture pour piquer quelques pots de peinture. Marius intercepte alors Jeannette. Reconquête du bonheur par deux êtres que la vie a éprouvés... Mais, loin de s'arracher à la réalité, le cinéaste s'y enracine. A l'Estaque ? décor de la plupart de ses films ?, on vit avec le chômage, l'ombre de Le Pen et les menaces de l'intégrisme. Du rêve va se greffer sur cette réalité-là, et de la plus emballante façon : simplement, comme s'il était naturel de « réenchanter le monde », selon le voeu du cinéaste. Chez lui, ce sont les gens qui comptent, leur humanité profonde, plus que l'action, les péripéties. Les ­acteurs sont formidables de vérité. Derrière cet aspect pétillant, il y a la profondeur de sentiments très forts, même s'ils s'expriment avec pudeur. Pour ne pas trahir ces gens-là, il fallait se placer à la bonne distance. Il est là, le petit miracle : Guédiguian est tellement en phase avec ses héros qu'on accepte tout. Ce réalisme tamisé par un optimisme de principe. Cette utopie d'un monde meilleur. Dans ce cinéma d'une lumineuse sensibilité, Guédiguian allie une conviction inébranlable à un sens aigu du cinéma populaire. ? Jean-Claude Loiseau
16:10
Orient Express, le voyage d'une légende
documentaire : découvertes (2018) - 01h25
Réalisé par Louis-Pascal Couvelaire
Sublimé par Agatha Christie, l'Orient-Express est le train le plus célèbre du monde. Et pourtant, qui connaît sa véritable histoire ? De Paris à Istanbul, le film part à la recherche des voitures perdues du légendaire train avec un archéologue ferroviaire. Relier Paris à Constantinople, dès 1883, fut le pari insensé de l'entrepreneur belge Georges Nagelmackers. Cet illustre inconnu, contemporain de Gustave Eiffel et de Ferdinand de Lesseps, a créé la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, qui exploita le palace sur rail pendant près d'un siècle. Premier trait d'union d'une Europe politique morcelée, l'Orient-Express a ouvert une nouvelle voie entre l'Orient et l'Occident grâce aux traités signés avec chaque pays européen traversé. Arthur Mettetal, historien et chercheur en patrimoine industriel, part à la recherche de wagons perdus, disséminés à travers l'Europe. Critique : L?Orient-Express, train romanesque s?il en est, compte autant de mythes et de légendes que de souvenirs de passagers. En 1883, l?ingénieur belge Georges Nagelmackers, fondateur de la Compagnie internationale des wagons-lits, organise le voyage inaugural entre Paris et celle qui était encore Constantinople, à bord de ce bijou luxueux au restaurant raffiné, faisant fi des frontières. Une véritable révolution à une époque où le voyage en diligence était encore la norme. Au cours de sa longue vie, l?Orient-Express a été le témoin, mais aussi la victime, des nombreux soubresauts de l?histoire. A travers les témoignages d?écrivains, de politologues, ou d?un très intéressant chercheur en patrimoine industriel, le documentaire revient sur la grandeur et l?agonie de ce trésor des transports ferroviaires. Un sujet passionnant, porté par la voix de Charles Berling, parfois plombé par des idées de mise en scène un peu kitsch : la représentation d?une danseuse orientale n?était pas nécessaire pour aborder si brièvement l?histoire pourtant fascinante de la sulfureuse espionne Mata Hari, qui voyagea à bord de l?Orient-Express et fut exécutée en 1917.
17:35
Joséphine Baker, première icône noire
documentaire : culture (2018) - 55mn
Réalisé par Ilana Navaro
En 1920, enfant pauvre du Missouri, Joséphine Baker fuit, à 13 ans, la famille de Blancs qui la traite en esclave pour suivre une troupe de théâtre. Après une incursion dans le music-hall à New York, elle s'exile à Paris. Toute l'Europe s'entiche de cette tornade scénique à la danse ébouriffante et aux multiples talents. Joséphine Baker devient l'objet d'une sincère adulation, mais aussi de fantasmes coloniaux peu reluisants. Ses tournées américaines ravivent en outre les traumatismes de l'enfance. Accusée par la communauté noire de n'avoir rien fait pour les siens, elle trouve sa voie dans l'engagement politique pendant la Seconde Guerre mondiale, puis auprès des militants des droits civiques. Critique : Il y a d?abord cette scène emblématique : la sublime Joséphine Baker se dandinant sous les feux des projecteurs devant des spectateurs survoltés. Lui succède l?image, plus rare, d?une autre Joséphine, vêtue de son uniforme des Forces françaises libres, seule femme à prendre la parole aux côtés de Martin Luther King lors de la marche pour les droits civiques à Washington, le 28 août 1963. Entre les deux époques, le film retrace d?un trait délicat et maîtrisé le parcours de la première star noire mondiale. Destin extraordinaire d?une fillette des bas-fonds de Saint-Louis, dans le Missouri, qui refusa de continuer à perdre sa vie à faire le ménage chez les Blancs, et tenta sa chance comme danseuse de cabaret à Harlem. Après ce premier coup de poker, ses premiers succès aux Etats-Unis, ce fut la Revue nègre, à Paris, l?hystérie de la Belle Epoque qui fit d?elle une égérie, et le miroir, surtout, de tous les fantasmes de la société coloniale. Sans qu?elle ne soit dupe de rien. En témoigne sa parole lucide, instinctive, qui enrichit et rafraîchit le regard porté sur cette artiste combattante qui ne put jamais se satisfaire de son seul succès personnel. De ses « deux amours », l?Amérique fut bien sûr le plus douloureux : que pèse la gloire face au poison de la ségrégation ? Cette douleur intime ne la quitta jamais, comme elle sourd sans cesse de ce portrait inspiré, construit autour de magnifiques archives.
18:30
Rolando Villazón présente les stars de demain
classique - 45mn
Avec Eldbjorg Hemsing (violon), Johannes Kammler (baryton), Tamás Pálfalvi (trompette), Adriana Babin (flute de pan), Lucas Jussen (piano)
Rolando Villazón présente de jeunes solistes d'exception venus de toute l?Europe : la violoniste Eldbjorg Hemsing, originaire de Norvège, le baryton allemand Johannes Kammler et la Moldave Adriana Babin. A seulement 16 ans, cette ambassadrice musicale de son pays fait preuve d'une maîtrise exceptionnelle d'un instrument encore jamais vu sur la scène des stars de demain : la flûte de pan.
19:15
Femmes artistes
Les coups de coeur de Berlinde de Bruyckere
documentaire : culture (2018) - 30mn
Réalisé par Claudia Müller
Saison : 2 - Connue pour ses sculptures et installations hyperréalistes, la plasticienne belge Berlinde de Bruyckere se joue des frontières entre l'humain, l'animal et le végétal.
19:45
Arte journal
journal - 25mn
L'actualité internationale, décortiquée par une rédaction franco-allemande.
20:10
Vox pop
magazine politique - 25mn
Présenté par Nora Hamadi
Au sommaire :
20:35
Karambolage
magazine de société - 15mn
Présenté par Claire Doutriaux
Au sommaire :
20:50
Tout est vrai (ou presque)
Johnny Hallyday
série d'animation - 5mn
Réalisé par Christophe Abric
Enfant, il a chanté Davy Crockett en habit de cow-boy, mais c'est en Elvis Presley français que Johnny Hallyday a trouvé sa voie...
20:55
La princesse de Montpensier
film : drame (2010) - 02h15
Réalisé par Bertrand Tavernier
Avec Mélanie Thierry (Marie de Montpensier), Lambert Wilson (le comte de Chabannes), Grégoire Leprince-Ringuet (le prince de Montpensier), Gaspard Ulliel (Henri de Guise), Raphaël Personnaz (le duc d'Anjou), Anatole de Bodinat (Joyeuse), Eric Rulliat (Quelus), Samuel Theis (La Valette)
Au XVI<+>e<+> siècle, une princesse est déchirée entre quatre hommes. Une adaptation vive et étoffée d'un court roman de Mme de La Fayette. Un classicisme élégant. Critique : Tandis que les guerres de Religion font rage, l?amour joue bien des tours à Marie de Mézières, future épouse du prince de Montpensier. Quatre soupirants différents ? passionnel, raisonnable, libertin avant l?heure, platonique ? se la disputent? Tavernier enchaîne les séquences dans un rythme de feuilleton. En s?appuyant sur la puissance du récit, la course d?obstacles et les déplacements incessants ? comme sur un échiquier. D?où la séquence formidable du cache-cache dans le château, où le duc de Guise force les différents barrages menant à Marie, recluse dans sa chambre. Le passeur, c?est Chabannes. Personnage ­secret, auquel Lambert Wilson donne de la profondeur avec sobriété. C?est un film de cape et d?épée, mais surtout de cape. Velours, broderies, pierreries et tapisseries ressortent avec netteté. Tavernier se fait fin portraitiste. Et fin paysagiste ? la terre, les arbres, la brume paraissent eux aussi d?époque. Servi par des dialogues vifs et épurés, il redonne toutes ses lettres de noblesse au classicisme, littéraire comme cinématographique.
23:10
Zsa Zsa Gabor, star glamour de Hollywood
documentaire : cinéma (2018) - 55mn
Réalisé par Nicola Graef
Couronnée Miss Hongrie en 1936, Zsa Zsa Gabor décroche dans la foulée un ticket pour Hollywood, entraînant dans son sillage ses deux soeurs, Magda et Eva. Bientôt, les «Gabor Sisters» accèdent à la célébrité, mais Zsa Zsa surtout est remarquée pour sa beauté, son franc-parler et son humour. Considérée comme la première vraie starlette hollywoodienne, elle bâtit sa carrière en mettant en scène sa propre intimité ? affabulations et légende incluses ?, à l'image du clan Kardashian aujourd'hui. Car la renommée de Zsa Zsa Gabor tient moins à sa modeste filmographie qu'à sa vie de noctambule et à sa réputation de croqueuse d'hommes, la belle soignant en outre ses répliques pour alimenter les potins des magazines.
00:05
Damia, la chanteuse était en noir
documentaire : culture (2016) - 55mn
Réalisé par Carole Wrona
A partir du début des années 20, éclairée par un projecteur, vêtue d'une robe noire, la chanteuse française Damia connaît, trois décennies durant, un immense succès.
01:00
Ella Fitzgerald Live at Montreux Jazz Festival 1975
jazz - 50mn
Avec Ella Fitzgerald
Avec un répertoire mélangeant classiques du jazz, morceaux populaires et ballades, la chanteuse a fait vibrer le public du prestigieux festival de jazz suisse. Accompagnée au piano par Tommy Flanagan, à la basse par Keeter Betts et à la batterie par Bobby Durham, Ella Fitzgerald faisait alors une fois de plus la démonstration de son incroyable habilité à s'adapter à tous les styles musicaux.
01:50
Arte journal
journal - 25mn
L'actualité internationale, décortiquée par une rédaction franco-allemande.
02:15
Dévoilées
téléfilm dramatique - 01h40
Réalisé par Jacob Berger
Avec Marthe Keller (Isabelle), Julie Gayet (Léa), Lola Créton (Anaïs), Cléa Eden (Isabelle jeune), Bruno Todeschini (le père de Léa), Pierre Banderet (Glassey), Yann Philipona (Glassey jeune), Lyes Salem (Djibril)
En Février 1970, Isabelle Sauser, 24 ans, accompagne son mari Laurent à l'aéroport. Deux heures plus tard, l'avion de Laurent s'écrase. Laurent trouve la mort dans le crash, tout comme 48 autres personnes. En 2018, la petite-fille d'Isabelle se radicalise. Ces deux histoires se révèlent étroitement liées... Critique : Anaïs, étudiante en médecine, s?est convertie à l?islam radical à l?insu de ses proches. Un lourd secret qui vole en éclats le jour où sa grand-mère l?aperçoit intégralement voilée dans le train. L?engagement funeste d?Anaïs fait douloureusement écho à la jeunesse d?Isabelle, qui a vécu dans les années 1970 une liaison avec un militant du Front populaire pour la libération de la Palestine. Quarante ans plus tard, les images du crash du vol Swissair 330 pour Tel-Aviv, frappé par un attentat, la hantent toujours et interrogent sa propre responsabilité... Croiser deux histoires si différentes de femmes face au terrorisme était un pari délicat, que la scénariste Noémie Kocher relève avec subtilité. Prise en étau entre les vies secrètes de sa fille Anaïs et de sa mère Isabelle, Léa se débat comme elle peut, incarnée par une Julie Gayet très juste dans le rôle du parent dont le monde s?écroule. Lola Créton est remarquable dans le personnage très documenté d?Anaïs, jeune femme consumée par la colère, que sa quête de « pureté » mène inéluctablement vers le passage à l?acte. Le scénario, rythmé par les allers-retours dans le passé d?Isabelle, de plus en plus dense à mesure que progresse l?intrigue, peut paraître un peu chargé. Mais ce sont les multiples niveaux de lecture de cette histoire de famille complexe qui lui donnent toute sa force symbolique. Grâce à l?écriture des relations entre les trois protagonistes, Dévoilées questionne aussi de manière passionnante le poids de la dissimulation et de la mémoire transgénérationnelle.
03:55
De l'art et du cochon
«La Laitière», de Vermeer
documentaire : gastronomie (2014) - 55mn
Réalisé par Franck Gombert
Le chef Marc Veyrat et ses invités partagent un petit déjeuner d'anthologie dans un chalet de montagne en dissertant sur le tableau «La Laitière», de Johannes Vermeer.
04:50
De l'art et du cochon
«Le Gourmet solitaire» de Jirô Taniguchi
documentaire : gastronomie (2015) - 10mn
Réalisé par Chantal Allès
Kei Kobayashi, l'un des chefs les plus talentueux de la nouvelle génération nippone, reçoit Jirô Taniguchi, auteur de la BD «Le Gourmet solitaire».
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHR Metz Thionville
Concession de service public pour la gestion et l'exploitation du service de télévision, téléphone et multimédia aux patients pour le CHR de Metz-Thionville, le CH de Briey et le CH de Boulay.
» Voir l'avis de concession de service public