Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Antennistes
Icon Facebook Icon Twitter Icon Rss
Bouton Newsletter TS

Laurent Chevallier, réalisateur de "Circus Baobab", se plaint dans une lettre ouverte au CSA du "détournement" d'un documentaire intitulé "Un hôpital dans la montagne", "remonté sous forme d'un petit sujet choc" et diffusé le 12 mars dernier dans le magazine "Appels d'urgence" sur TF1. Dans sa lettre, intitulée "fin d'un hôpital, fin d'un film ou comment TF1 joue avec la vie des films documentaires", Laurent Chevallier rappelle qu'il a réalisé ce film en 1998 sur le quotidien des secouristes du massif du Mont Blanc. Produit par Gédéon Programmes, d'abord destiné à Arte, le film a été vendu à l'unité des magazines documentaires de TF1 qui ne l'a jamais programmé, poursuit la lettre. Le 12 mars dernier, dans l'émission de TF1, intitulée "Appels d'urgence", produite par TAP, une filiale de TF1, "glissé au coeur du magazine, nous avons retrouvé notre film, remonté sous forme d'un petit sujet choc de 7' (...), tout à fait dans l'esprit de ce nouveau magazine à sensations". Laurent Chevallier, qui a réalisé le film avec le Dr. Emmanuel Cauchy, médecin-urgentiste à l'hôpital de Chamonix, pour souligner "l'absurdité de la décision des pouvoirs publics qui envisageaient de fermer cet établissement unique au monde", s'indigne qu'il n'en reste plus que "quelques images choc sur un alpiniste en perdition". "La volonté de TF1 semble être aujourd'hui d'étouffer l'affaire en nous proposant une réparation sous forme de dédommagements financiers", écrit le réalisateur, mais "(même en doublant la mise!) ils ne pourront pas acheter notre silence".
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›
Marchés publics
Avis de concession de service public
CHU Lyon
Concession de services publics : prestations de communication multimedia pour les patients : télévision connectée, accès internet, téléphonie et services associes.
» Voir l'avis de concession de service public