Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique

Pendant deux ans, une équipe a filmé la compétition émaillée de règlements de compte, petites phrases assassines et situations cocasses que se sont livrés les "candidats" du PS à l'investiture pour la présidentielle: Canal+ en diffuse le résultat ce soir. Réalisé par Mohamed Ulad en collaboration avec la journaliste Isabelle Mandraud, ce documentaire de 90 minutes se regarde comme un polar. "Nous voulions faire un récit dans le temps, raconter l'histoire d'une compétition vue de l'intérieur", a expliqué vendredi à la presse Isabelle Mandraud, alors que le film est encore en montage. L'histoire commence donc en 2004, avec le premier duel Fabius/Hollande à l'université d'été de La Rochelle, tandis que Dominique Strauss-Kahn est en embuscade. Et qu'un quatrième larron, Jack Lang, entame ses manoeuvres de rapprochement vers Hollande en s'affranchissant de Fabius... En fait, occupés à leurs querelles, jugeant Ségolène quantité négligeable ("un mépris de caste", dit Julien Dray), aucun ne voit venir le "coup d'Etat", selon le réalisateur. C'est lors d'un meeting à Privas, en mars 2006, que la popularité de la candidate explose vraiment pour la première fois. "Elle surgit dans le film", dit Isabelle Mandraud. "Ségolène a beaucoup observé. Quand elle a compris que Hollande était en danger et que Jospin allait revenir, elle tente sa chance", commente la journaliste. Au fil des mois, on assiste à la transformation de la candidate qui prend de plus en plus d'assurance. Jusqu'à cette ultime réunion de son état-major, juste avant son élection, où elle se montre en vraie patronne, allant jusqu'à parler d'elle à la troisième personne. Si la tension est parfois palpable, on rit aussi en voyant Jack Lang promener sa quasi solitude parmi les animaux du salon de l'agriculture, pendant que Ségolène Royal peine à tracer son chemin au milieu des journalistes, photographes et curieux du même salon. La caméra espionne en gros plans les réactions des uns et des autres, suit le meeting du Zénith où Ségolène Royal est copieusement sifflée. La garde rapprochée des candidats livre ses impressions sur le déroulement des événements. Le réalisateur et producteur Mohamed Ulad est dans la vie le compagnon de Mazarine Pingeot, la fille de François Mitterrand. "Mais ce n'est pas par ce biais que nous avons filmé", assure-t-il. Il n'a d'ailleurs pas l'intention de suivre la future campagne avec sa caméra. "Je n'ai pas envie de devenir spécialiste du PS", ajoute-t-il.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›