Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique

La stratégie d'Orange d'investir dans les contenus (films, droits sportifs...) "est susceptible d'animer le marché de la télévision payante" mais il faut vérifier les "risques d'ordre concurrentiel", a estimé le président de l'Arcep, Jean-Ludovic Silicani. M. Silicani, qui a pris les rênes de l'Autorité de régulation des télécoms il y a deux mois, s'exprimait lors de la conférence annuelle des Echos sur les télécoms, à quelques jours de l'avis très attendu de l'Autorité de la Concurrence sur les offres exclusives de contenus sur internet. Cet avis, qui vise sans le nommer Orange (France Télécom) avec ses chaînes de télévision dédiées au cinéma et au sport, sera en principe rendu public mardi. L'Arcep, ainsi que le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), ont été consultés par l'Autorité de la concurrence dans ce dossier. "L'entrée d'Orange dans les contenus est susceptible d'animer le marché de la télévision payante, à côté de CanalSat et TPS", désormais fusionnés, a déclaré M. Silicani. "De manière générale, les pratiques d'exclusivité peuvent générer des progrès économiques en termes d'investissement et d'innovation" et "favorisent la différenciation entre acteurs", a-t-il noté. Mais "il ne s'agit pas de donner un blanc-seing à toute pratique +convergente+ ou relevant d'accords d'exclusivités", a-t-il prévenu, soulignant que "certaines pratiques suscitent des interrogations ou soulèvent des risques d'ordre concurrentiel". "Les pratiques mises en oeuvre par les uns et les autres doivent être surveillées", a-t-il ajouté, plaidant pour "un accès équitable des distributeurs aux principaux contenus audiovisuels" et "des consommateurs aux principales offres des distributeurs, quel que soit le réseau ou l'opérateur de communications électroniques qu'ils utilisent". Un avis qui semble proche de celui du CSA: "l'arrivée d'un nouvel acteur est toujours une bonne nouvelle au regard de la concurrence", a estimé Emmanuel Gabla, membre du CSA, qui a insisté sur l'importance de mesurer "l'impact sur le marché des droits et pour le consommateur", à la fois sur le secteur de l'internet haut débit et celui de la télévision payante.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›