Streaming
 

Streaming : le Graal de l'abondance devenu mirage publicitaire

Carlos PIRES
3 juin 2024 à 23h30  
12

Souvenez-vous ! Il fut un temps où, en échange d'une poignée de dollars (ou euros, yens, ou toute autre monnaie), Netflix nous promettait monts et merveilles : une avalanche de divertissements neufs, originaux et - le must ! - sans publicité. De quoi nous faire oublier nos fournisseurs officiels de contenus... Le streaming, le Saint Graal du divertissement, arrivait pour nous faire rêver !

Mais voilà, une bonne idée ne reste jamais longtemps exclusive et, rapidement, tout le monde s'y est mis : des livreurs aux délais express comme Amazon, aux studios hollywoodiens comme Disney, Warner Bros, Paramount, sans oublier les géants de l'informatique comme Apple. Chacun y est allé de son portefeuille de contenus, investissant des milliards en séries pour attirer les abonnés par millions.

Seulement, à force d'abondance, les clients ont dû faire des choix. Et pas n'importe quand : juste au moment où la gestion du porte-monnaie devenait une nécessité impérieuse. Du côté des streamers, la chanson a également vite changé. L'idée originelle de séduire avec du neuf et sans pub s'est vite heurtée à une réalité bien plus terre à terre : la nécessité de faire rentrer un maximum de dollars dans les caisses plutôt que des abonnés dans les listings. Alors, on sacrifie. Fini les séries intéressantes mais coûteuses. REN-TA-BI-LI-TÉ est devenu le maître mot. Et gare à ceux qui n'ont pas pris conscience de ce nouveau paradigme !

D'où la floraison de nouvelles formules d'abonnement. Moins chères, certes, mais avec de la publicité... Histoire de gagner de l'argent sur les deux tableaux. Vous n'aimez pas les pubs ? Tant pis pour vous, d'autant que la dernière tendance du moment, ce sont les chaînes FAST : d'accès gratuit, mais truffées de réclames. Oui, vous avez bien lu, gratuites, mais avec encore plus de pubs que jamais !

Alors, à quoi bon tout cet enthousiasme initial autour du streaming ? On rêvait de libération des chaînes télé, on se retrouve enchaîné par la publicité. Mais ne soyons pas amers. Après tout, nous avons eu quelques belles années de rêve avant que la réalité ne reprenne ses droits. Le streaming, ce n'était qu'une belle illusion de plus. Une de plus dans notre quête sans fin du divertissement parfait. Et qui sait, peut-être que le prochain Saint Graal est déjà en route, prêt à nous envoûter...

12 commentaires

M
Maxdumoun - Il y a 19 jours
Exactement 👏.
J'en ai profité et maintenant j'en ai ras le bol, il n'y a plus grand chose d'intéressant.
Du fric du fric, vite faisons du fric , mais ça ne va pas durer bien longtemps, tout va s'effondrer et ils le savent.
Je commence à avoir de la bouteille ( de l'expérience) et comment dire..... Aujourd'hui je commence à en avoir marre d'avoir eu trop souvent raison sur l'avenir du monde.👹
Commentaire modifié le mercredi 5 juin 2024 à 16:28.
Frédéric Schmitt - Il y a 19 jours
Dans quelques temps, beaucoup plus vite qu'on ne se l'imagine, ce seront des indépendants qui créeront des films ou des séries avec des IA, comme les YouTubeurs font actuellement des vidéos.
On peut déjà le faire avec la musique et c'est vraiment bon, voire très bon quand on sait bien décrire à l'IA ce que l'on veut.

J'ai encore du mal à percevoir les modèles économiques possibles pour financer le temps machine qui permettra de générer les contenus vidéos. En tout cas, il est absolument certain qu'on verra des séries telles que Game Of Thrones, Breaking Bad, Lost, etc, intégralement générée par IA.

Alors oui, qu'ils en profitent car les temps vont être durs.
M
Maxdumoun - Il y a 19 jours
Si seulement ce que tu dis est vrai, alors ça me redonne de l'espoir.
Et si les romanciers du monde entier où leurs ayants droits transposaient l'immensité de leurs ouvrages pour commencer ces nouvelles aventures...
Évidemment chez nous avec l'exception culturelle, ce serait pratiquement impossible.
Frédéric Schmitt - Il y a 19 jours
Avec l'IA, on peut générer ce que l'on veut avec une qualité de plus en plus bonne.

Pour le moment, seule la vidéo est encore un média qui est difficile générer. Non pas que ça soit impossible, mais ça n'est pas encore ça.

Un exemple avec de l'audio :
https://x.com/quasimondo/status/1797673004115370036
La personne a utilisé un bout de discours parlé qu'il a fournit à l'IA comme base de travail. Pas de texte, pas d'air, juste un court extrait d'un discours audio d'un homme qui parle.
L'IA a intégralement généré ce morceau pour le moins entêtant.

Exemple N°2 :
https://x.com/MichaelCarychao/status/1797658360235626789
Un petit air, n'importe quoi à la guitare... et l'IA prend le relai en générant un morceau à partir de ça, en quelques secondes seulement.

Les exemples sont nombreux.
Il sera assez simple de générer les bandes sons des films, séries, etc.
M
Maxdumoun - Il y a 19 jours
Oui tes deux exemples sont très impressionnants.
Comme tu es plus au fait que moi sur l'IA, plus haut tu pensais à la génération de scénarios car c'est plus facile actuellement, moi je voyais carrément la génération complète des acteurs à partir d'un texte écrit par l'homme.
Lire un roman laisse place à l'imagination du lecteur, visualiser un film, la restreint fortement, peut être que l'IA interprèterait mieux que le réalisateur un roman.
Donc aujourd'hui l'IA va d'abord éradiquer les scénaristes, et plus tard les acteurs quand les vidéos virtuelles seront plus vraies que nature.
Commentaire modifié le mercredi 5 juin 2024 à 19:02.
Frédéric Schmitt - Il y a 19 jours
Les scénaristes sont conscients que c'est mal parti pour eux. C'est en partie pour cette raison que les scénaristes américains ont réclamé des garanties de la part des studios.
Pour les acteurs, c'est la même chose : ils ont fait signer les studios pour protéger leur apparence. Complètement inutile.

L'IA générative va remplacer les scénaristes, les acteurs, les réalisateurs, les monteurs... bref, toute la chaîne de production. L'humain pourra y mettre sa touche mais ce sera une question de goûts.

Finalement, ce seront les détenteurs d'IA qui seront les maîtres. Ils posséderont la technologie et la capacité de calcul. Les utilisateurs se verront proposer des séries ou des films à leurs goûts, générés par IA.

Et pour montrer à quel point ça peut aller loin, Pierre Bellemare va nous le répéter en cliquant ici : https://www.telesatellite.com/divers/pb.mp3
M
Maxdumoun - Il y a 19 jours
😁, oui mais ce n'est pas la tessiture de la voix de Pierre Bellemare.
Mais peut être que ça ne va pas tarder.😉
Frédéric Schmitt - Il y a 19 jours
https://www.telesatellite.com/divers/gd.mp3

Quant à Pierre Bellemare, c'est bien un clone de sa voix issue des Podcasts de ses histoires extraordinaires. C'est bien fidèle à la tonalité originale. Par contre, la façon de parler nécessite un peu de travail. J'ai juste fais un vulgaire copié/collé.
Frédéric Schmitt - Il y a 19 jours
PS : l'échantillon original utilisé n'était que de 30 secondes. Pas assez pour capter toute la diversité d'une voix comme fut la sienne...
P
Patrikmore - Il y a 15 jours
Avec l'IA nous aurons des productions au niveau de Netflix actuel, c'est-à-dire, avec de la musique médiocre et prévisible, avec une technique de tournage médiocre et prévisible, avec des scénarios médiocres et prévisibles, avec des acteurs médiocres et prévisibles. Mais c'est juste le niveau d'exigence du public actuel!.. Créativité et chefs-d'œuvres, oubliez!
M
Maxdumoun - Il y a 15 jours
Sauf si tu rentres tes critères 😁 .
M
Maxdumoun - Il y a 15 jours
Et je peux te faire une autre réponse moins optimiste:
Ce ne sera pas pire que tous ces guignolos tels que ceux qu'on a vu au festival de Cannes, etc... etc...
Se pâmer sur les chefs d'oeuvres.... Qu'est-ce qu'un chef d'oeuvre ? Vous avez 4 heures.😉
Commentaire modifié le dimanche 9 juin 2024 à 15:58.

Connectez-vous ou devenez membre pour participer et profiter de nombreux autres services.