Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique

Près de la moitié des utilisateurs de téléphone mobile (46%) étaient en 2008 chez le même opérateur depuis plus de cinq ans, révèle une étude publiée par l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep), pour qui c'est le signe du manque de concurrence dans ce secteur. Un an plus tôt, deux-tiers des utilisateurs déclaraient déjà n'avoir jamais changé d'opérateur, selon cette étude qui porte sur 2007 et 2008. Pourtant, relève l'Arcep, "il est probable que, compte tenu de leur ancienneté, une majorité des clients des opérateurs mobiles s'est trouvée dans le passé libre d'engagement, et a donc eu l'occasion de changer d'opérateur sans payer de frais de résiliation". Par comparaison, au Royaume-Uni, 40% des clients interrogés n'ont jamais changé d'opérateur mobile, mais en Suède le chiffre est similaire à celui observé en France, avec 65% d'utilisateurs fidèles. L'Arcep s'interroge sur les raisons de cet immobilisme: certes, les coûts facturés en cas de résiliation anticipée peuvent entrer en jeu (83% des clients sont sous engagement), mais, une fois la période d'engagement dépassée, la perte des points de fidélité, nécessaires pour renouveler son téléphone, peut aussi inciter le client à ne pas bouger. De même, le consommateur peut être découragé devant les démarches à engager pour se désabonner et devant la complexité des offres tarifaires, difficiles à comparer. Au final, entre juin 2007 et juin 2008, seuls 8% des utilisateurs de mobile en France déclarent avoir changé d'opérateur. "La faible mobilité des abonnés de téléphonie mobile traduit-elle une satisfaction des utilisateurs français? Pas vraiment", juge l'Arcep, car seuls un tiers des clients ayant gardé le même opérateur entre 2007 et 2008 avancent comme explication que l'offre qu'ils avaient était la mieux adaptée. Et l'Autorité de conclure: "la mobilité assez faible observée résulte en partie de l'insuffisante animation concurrentielle, qui ne pourrait qu'être favorisée par une entrée significative sur le marché d'un nouvel opérateur". L'appel à candidatures pour un quatrième opérateur mobile en France doit être lancé avant fin juillet.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›