Piratage
 

L'Italie va déployer une plateforme anti-piratage

Emmanuel LANGLOIS
11 décembre 2023 à 23h52  
1

Une nouvelle plateforme anti-piratage, conçue pour bloquer le streaming illégal dans les 30 minutes suivant sa détection, entrera en vigueur en Italie le 31 janvier 2024.

La plateforme numérique a été créée par la Lega Serie A et sera gérée par l'Autorité italienne de régulation des communications (AgCom).

Actuellement en phase de test, le « Piracy Shield » devrait améliorer les méthodes de blocage précédentes en couvrant davantage de fournisseurs et en traitant automatiquement les rapports. Il ciblera à la fois les adresses IP et les noms de domaine complets, permettant ainsi aux chaînes de télévision payantes comme DAZN, Sky Italia, Prime Video et Mediaset Infinity de signaler les contenus sportifs piratés en temps réel. Les fournisseurs d'accès Internet seront alors responsables du blocage de l'accès au contenu signalé.

Les experts considèrent la plateforme comme une étape positive, mais reconnaissent la nécessité d'un changement culturel continu vers le piratage et de répondre aux problèmes de confidentialité. Le service de streaming DAZN soutient fermement la plateforme et souligne l'importance d'une lutte efficace contre le piratage.

Cet outil numérique répondrait au problème croissant du piratage facilité par les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et les applications de messagerie. Il aurait le potentiel de réduire considérablement le streaming illégal et de protéger les revenus des titulaires de droits. De plus, la technologie pourrait être utilisée pour lutter contre d'autres crimes en ligne au-delà du piratage.

Les sanctions en cas de piratage comprennent des amendes pouvant aller jusqu'à 5 000 € et une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans.

On estime que cinq millions d'Italiens accèdent actuellement à des sites de streaming illégaux, le piratage à grande échelle coûtant environ 350 millions d'euros par an.

Par ailleurs, l'AgCom a également approuvé de nouvelles règles visant à protéger les mineurs et les consommateurs contre les contenus préjudiciables sur les plateformes de partage de vidéos (VSP).

Les règles, entrées en vigueur le 8 janvier 2024, permettent au régulateur des télécommunications de demander la suppression des contenus préjudiciables des VSP, même s'ils sont basés en dehors de l'Italie.

Les contenus préjudiciables comprennent les contenus qui nuisent au développement physique, mental ou moral des mineurs ; incite à la haine; porte atteinte à la dignité humaine; ou protège insuffisamment les consommateurs. TikTok est visé, sans être nommé.

Si le pays d'origine du VSP n'agit pas, l'AgCom peut émettre une mesure d'éloignement directement auprès de la plateforme. En cas d'urgence, il peut immédiatement émettre des mesures d'expulsion dans un délai de trois jours pour s'y conformer.

1 commentaire

m
merinos - Il y a 4 mois

Connectez-vous ou devenez membre pour participer et profiter de nombreux autres services.