Télévision par satellite, TNT, ADSL, Câble, fibre, OTT
Facebook Télé Satellite & Numérique Twitter Télé Satellite & Numérique Newsletter Télé Satellite & Numérique

L'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir s'est inquiétée jeudi d'un assouplissement éventuel des règles régissant la publicité à la télévision, dans le cadre de la nouvelle directive européenne sur la télévision sans frontière (TVSF) discutée la semaine prochaine à Bruxelles. Les ministres européens de la Culture et de la Communication se réunissent lundi à Bruxelles. La modification de la directive (la deuxième depuis sa création) est en discussion depuis plusieurs mois. Créée en 1989, la directive TVSF est la pierre angulaire de la règlementation de l'audiovisuel européen. Selon l'UFC-Que choisir, le conseil des ministres européens devrait discuter lundi de la légalisation du placement de produits. "Si ce procédé est légalisé, on va avoir une explosion de ces pratiques", prédit Jérôme Dourgnon, directeur des études et de la communication de l'association. Le téléspectateur ne pourra pas "zapper" pour éviter cette forme de publicité, souligne-t-il. La nouvelle directive devrait par ailleurs permettre la multiplication et l'allongement des coupures publicitaires, y compris pendant les programmes pour enfants, selon l'association. Actuellement, la règlementation européenne permet une coupure publicitaire toutes les 45 minutes pour les films et émissions. Elle interdit les coupures pendant les journaux télévisés et les émissions pour enfants de moins de 30 minutes. L'intervalle minimum entre deux coupures est de 20 minutes. Ces règles seraient supprimées dans la nouvelle directive, selon l'UFC, qui s'insurge notamment contre l'absence de protection pour les enfants. "Nous ne sommes pas contre la publicicté, si elle promouvait les fruits et les légumes", souligne Jérôme Dourgnon. Mais une étude publiée par l'association en septembre montrait que 89% des spots publicitaires alimentaires diffusés autour des programmes pour enfants vantaient des produits trop riches en graisse ou en sucre. Or la montée de l'obésité chez les enfants est l'une des inquiétudes les plus graves en terme de santé publique actuellement, rappelle l'association. Des représentants de l'UFC-Que choisir rencontrera vendredi matin des membres du cabinet de ministre de la Culture et de la Communication Renaud Donnedieu de Vabres.
Partager sur :

Abonnez-vous gratuitement à la quotidienne

Recevez tous les matins l'actualité de la TV numérique directement à votre adresse e-mail.
Cliquez-ici pour vous abonner gratuitement.

‹  Actu précédente
 
Actu suivante  ›