Europe
 

Constat d'échec pour l'Europe spatiale

Frédéric SCHMITT
15 juin 2024 à 10h34  
6

Le manque d'ambition, d'innovation et surtout, d'esprit visionnaire, a conduit l'Europe dans une très mauvaise situation, constatent les responsables des plus grandes entreprises spatiales européennes et les institutions, réunies au Paris Air Forum 2024.

Elon Musk et son entreprise SpaceX sont accusés de syphoner le marché du lancement de satellites et du haut débit par satellite. Celui que les responsables et ingénieurs de l'époque prenaient pour un illuminé est devenu leur bête noire. Alors que Musk met au point le lanceur le plus grand et puissant jamais créé, l'Europe dépense des milliards pour tenter de finir son champion, Ariane 6, et de retrouver sa capacité à lancer des satellites sans devoir passer par Spacex, l'Inde ou la Chine (ces deux derniers étant alliers de la Russie).

SpaceX en 2002

Comble du ridicule, alors que l'Europe disposait avec Eutelsat d'une belle avance dans le secteur de l'accès haut débit par satellite, c'est encore Elon Musk et SpaceX qui, avec Starlink, capte tout le marché de l'accès Internet par satellite.

Alors au Paris Air Forum 2024, on accuse le manque de moyens et d'argent pour faire face. L'Europe n'aurait pas les capacités d'affronter les Américains, bien plus riches. C'est pourtant une petite équipe avec peu de moyens (moins d'un milliard de dollars) mais talentueuse, dotée d'une volonté d'acier et d'un esprit visionnaire qui a complètement transformé le secteur spatial international en à peine 20 ans.

20 ans, c'est le temps qu'il aura fallu à Elon Musk pour devenir le numéro 1 du secteur spatial, de l'internet par satellite et de l'automobile électrique, face à des géants bien installés aussi bien financièrement que politiquement, y compris en Europe. Et accessoirement, il explore de nombreux autres secteurs avec des idées et un regard neuf. Pendant ce temps, en Europe, on se reposait sur nos lauriers en contemplant le succès indiscutable d'Ariane 5.

Pour tenter de se sortir de cette situation embarrassante, l'Europe se dote d'Ariane 6 et de la constellation Iris². Pour Ariane 6, on verra bientôt si elle vole. Son premier test de lancement est prévu pour le mois prochain. Quant à Iris², on discute toujours... Là où quelques personnes prennent des décisions rapides chez Starlink, la bureaucratie européenne traîne des pieds pour décider quand seront prises des décisions.

L'industrie spatiale européenne, énorme navire de croisière, lourd et difficile à manœuvrer, a heurté l'iceberg SpaceX. Pour le Titanic, on connaît la fin de l'histoire, et pour l'Europe spatiale ?

6 commentaires

M
Maxdumoun - Il y a 1 mois
C'est peut être bien toute l'Europe qui va sombrer.😩

La coopération en matière industrielle est très compliquée, il y a trop d'intérêts en jeu étant donné que chacun veut garder ses prérogatives et ne pas trop divulguer à la concurrence son savoir technologique.

Outre le fait qu'Elon Musk soit un génie, c'est un bosseur et forcément il sait motiver ses équipes, choisies parmi des bosseurs et non des fénéants qui ne pensent qu'à leurs congés.
Ainsi avance le monde.
( Quelques coquilles dans l'article)
Commentaire modifié le samedi 15 juin 2024 à 10:59.
Frédéric Schmitt - Il y a 1 mois
Merci, j'en ai relevé qu'une (coquille). Avoir un clavier doté d'une "intelligence artificielle" n'est pas une bonne idée. Il décide de remplacer de mots au moment de la saisie au lieu de service contenter de suggérer. C'est pénible.
M
Maxdumoun - Il y a 1 mois
"Son premier lancement de test est prévu "
J'aurais dit: Son premier test de lancement est prévu...
Frédéric Schmitt - Il y a 1 mois
L'excès de réglementation, de régulation, de taxes et de bureaucratie (et eurocratie) fait partie des freins à tout développement en Europe. Le Concorde, le TGV, Ariane... ces innovations ne sont plus possibles en Europe à l'heure actuelle. Ce n'est pas dramatique, il est toujours possible de s'y mettre mais au lieu de se remuer et de passer à l'action, les personnes aux commandes sont comme paralysées, incapables de bouger, coincées. Plus moyen de faire quoi que ce soit.

Ariane 5 remonte aux années 90, depuis, plus rien. Le CNES, dont on se demande encore à quoi il sert vraiment, malgré ce qu'il coûte aux français, lance des tas de projets qui n'aboutissent jamais. L'ESA ne peut plus rien faire sans SpaceX ou la NASA (et même la NASA est devenue dépendante de SpaceX).

Musk est un génie, c'est un fait. Mais ça ne fait pas tout. L'incapacité des européens à s'entendre et à lancer des projets motivants, qui suscitent le patriotisme et l'engagement est ce qui fait qu'on est devenu incapables d'innover. La politique, paraplégie de la société, est venue paralyser l'innovation européenne. Les talents quittent le continent pour d'autres horizons... Les européens sont devenus des consommateurs de produits américains et chinois, surfent sur des réseaux sociaux américains et chinois avec des équipements américains et chinois.

Pour l'IA et la robotique, c'est avec les américains et les chinois qu'il faudra composer, l'Europe n'ayant rien à part Mistral, pour le moment.

C'est regrettable car nous avons encore de nombreux talents en France et en Europe, mais le poids des taxes et la réglementation empêche toute forme de compétitivité.
Commentaire modifié le samedi 15 juin 2024 à 11:44.
M
Maxdumoun - Il y a 1 mois
"L'Europe est un continent d'herbivores entourés de carnivores".
M
Maxdumoun - Il y a 1 mois
Et il va de soi que la reglementabureautechnocratie paralyse toute innovation et décourage toutes les initiatives. ( Implicite pour moi)
Commentaire modifié le samedi 15 juin 2024 à 12:00.

Connectez-vous ou devenez membre pour participer et profiter de nombreux autres services.